Les séquelles musculaires.

 

5. Les séquelles.

Habituellement, les désinsertions musculaires ne laissent pas de séquelles. Dans certains cas cependant, en cas de lésion importante avec rétraction (stade 3), le muscle peut garder des séquelles qui peuvent être la source de douleurs voire de récidive de désinsertion.

5.1. Les hématomes enkystés.

muscle2

5.2. Les cicatrices rétractiles.

muscle

5.3 Les rétractions avec amyotrophie.

cicat

6. Les diagnostics différentiels.

MTSS

7. Le délai de retour à la compétition.
A partir de cas précis nous proposons d’étudier le délai de retour des patients à la compétition en fonction de la topographie de la lésion, de son stade et de sa longueur longitudinale.

  1. Muscle petit adducteur.

courtaddai

5 réflexions au sujet de « Les séquelles musculaires. »

  1. Bonjour,
    Le 22-04-2015, je suis entré à l’hôpital en ambulatoire sur la journée pour une opération de la vésicule biliaire. A l’issue de cette intervention j’ai fait une pancréatite aiguë grave nécrosante, 35 jours de réanimation, 15 jours de coma, j’étais sous dialyse, j’ai fait un SDRA – J’ai enfin regagné ma chambre particulière le 01-06-2015 – Je suis resté dans cet hôpital 83 jours – J’ai toujours eu de la température 39/40 – Le 13-07-2015 j’ai été transporté par SAMU sur un autre hôpital pour être opéré en urgence pour des nécroses abdominales très importantes constitutives de la pancréatite – J’ai donc fait en tout 161 jours d’hôpital. A mon arrivée je pesais 86 kilos pour 1,77m, j’ai perdu plus de 26 kilos. Voilà pour l’explication.
    Ma question est la suivante dès ma reprise de conscience en réanimation j’ai toujours eu des douleurs dans le muscle antérieur gauche de la cuisse – Au point de refuser de me faire piquer de ce côté – Aujourd’hui ce muscle me fait toujours mal, il reste très sensible au toucher, même lors d’un frôlement. La sensation est bizarre, de même j’ai très souvent des crampes dans les mollets et les pieds. Pourriez vous m’apporter des explications sur ces problèmes
    Cordialement Michel,

    1. Bonjour,
      Il est difficile pour moi sans imagerie de faire un diagnostic sur l’origine de votre douleur du membre inférieur. Je pense qu’un examen IRM de cette région est amplement justifié dans votre cas. Tout est possible : cause articulaire (coxopathie), musculaire (myosite, désinsertion…) voire même neurogène (nerf) radiculaire (colonne lombaire), tronculaire (nerfs de la cuisse : fémoral, fémoro cutané…).
      Bonne chance.
      Cordialement.

  2. Bonjour ,

    j’ai depuis le 8 juillet 2015 une déchirure musculaire au biceps après un étirement intense du biceps l’échographie révèle :

    Une mise en évidence d’un remaniement de l’échostructure fibrillaire du muscle long biceps avec une zone hyperéchogène, traduisant une cicatrice après déchirure. Intégrité de la jonction myo tendineuse. la déchirure fait 2.24 cm

    Cela fait bientôt 3 mois et je ressens toujours des légers pincements dans le bras quand mon muscle ce contracte en extension complète ou légèrement fléchi. Mon médecin ne s’avance pas trop sur le sujet et surtout sur le temps d’indisponibilité du muscle.

    Je suis culturiste j’ai 20 ans j’étais actuellement en préparation pour un concours quand cela m’est arrivé j’ai cessé tout entrainement sauf les jambes et j’aurais aimé savoir quand pourrais-je reprendre mes entraînements du haut du corps ?

    Mon médecin ma indiqué que dans ce cas une fragilité pourrais perduré jusqu’à 6 mois donc janvier 2016 et que vers les 8 mois avec 8 séances de kiné le muscle reviendrais à 100% et puis il à conclu avec cette phrase : <>

    C’est sur ces indications claires et floue à la fois que je suis livré a moi même.

    Cordialement Steve

    Ps: je ne me dopes pas.

    1. le morceau manquant : ce n’est pas mon domaine voyez avec le kiné il déterminera précisément la date de reprise de vos entraînements

      j’admire la franchise

    2. Cher monsieur,
      désolé pour cette réponse tardive.
      Les lésions traumatiques musculaires du long biceps brachial sont exceptionnelles d’autant plus que la partie musculaire pure indépendante du long biceps est très courte. Malheureusement, tout semble possible chez les culturistes dans ce contexte de fort surmenage musculaire! Je pense qu’un examen IRM complémentaire permettrait de vraiment confirmer la lésion ainsi que d’analyser dans le même temps le pectoral et le tendon du long biceps lui-même. Si elle est confirmée, en fonction de son grade, une déchirure musculaire sans facteur de gravité ne devrait en théorie pas dépasser deux mois d’indisponibilité.
      Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.