Déchirure musculaire : les examens d’imagerie

Les deux examens d’imagerie utilisés pour les déchirures musculaires sont l’échographie et l’IRM.

L’échographie permet une analyse fine des fibres musculaires et de leurs éventuelles lésions. Elle met aussi en évidence les épanchements et collections hématiques. Enfin, elle permet une analyse de l’ hyperhémie locale.

L’IRM est un examen plus onéreux. Elle n’est indiquée qu’en cas d’insuffisance de l’échographie. Elle mettra en évidence de manière plus fine les lésions musculaires, les collections liquidiennes et les œdèmes. Elle ne permet cependant pas une analyse aussi fine de la fibre musculaire que l’échographie.

2 réflexions au sujet de « Déchirure musculaire : les examens d’imagerie »

  1. Bonjour, je me suis fait une déchirure au mollet gauche et suite à l’échographie, j’ai un décollement musculo-aponévrotique du gastrocnémien médical gauche associée à une déchirure partielle de la partie inférieure de celui- ci (20*12 mm). Je voudrais savoir combien de temp dois je rester au repos avant de faire des séance de kinésithérapie et si je dois garder mon mollet bandé.
    Merci pour la réponse que vous pourrez m’apporter.

    1. Bonjour.
      Il s’agit toujours du fameux tennis leg.
      Le facteur de gravité est l’apparition d’un hématome interposé entre gastrocnémien médial et soléaire rendant la cicatrisation longue, entre 3 et 6 mois. S’il n’existe pas d’hématome interposé, la lésion va cicatriser plus rapidement et le plus souvent en moins de 4 semaines.
      Cordialement.

Répondre à yannick Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.