Les « déchirures » des ischio-jambiers.

Les muscles ischio-jambiers sont les muscles qui relient l’ischion (tubérosité du bassin) à la jambe.  Ce sont :
– le muscle biceps fémoral
– le muscle demi-tendineux
– le muscle demi-membraneux.

Les lésions musculaires traumatiques des ischio-jambiers sont les plus courantes en pratique sportive. Elles concernent le plus souvent le muscle biceps fémoral.

1. Le muscle biceps fémoral.

Le muscle biceps fémoral prend son origine sur un tendon commun avec le muscle demi-tendineux sur le versant médial de l’ischion. Vers le bas, il se sépare du demi-tendineux pour former le chef musculaire de sa longue portion. Au tiers moyen de cuisse, la courte portion prend son origine sur la face postéro latérale du fémur et s’unit par une aponévrose à la longue portion. En bas, en superficie du muscle se forme le tendon distal qui va se terminer sur la tête de la fibula accroché au Ligament Collatéral Latéral du genou.

bicfem3On distingue 6 zones électives d’atteinte traumatique du biceps fémoral :
1. le tendon proximal
2. l’aponévrose centrale proximale
3. l’aponévrose périphérique distale
4. l’aponévrose centrale distale
5. la jonction myotendineuse distale
6. Le tendon distal.

1.2 Les désinsertions du tendon proximal conjoint et de la jonction myotendineuse proximale.

Ces lésions intéressent le plus souvent la bifurcation entre tendon demi tendineux et tendon biceps fémoral. Elles peuvent s’étendre distalement dans les muscles ou proximalement en disséquant le tendon conjoint. Elles sont souvent associées à une rétraction qui peut être partielle. Ces lésions sont souvent plus longues à cicatriser et peuvent laisser des cicatrices, source de récidive.

ischioprox
Footballeur professionnel de 28 ans. IRM. Désinsertion proximale complète  des tendons conjoint et du demi-membraneux avec rétraction d’environ 4 cm. Patient opéré avec reprise de l’activité sans séquelle.

ischioprox2Rugbyman professionnel de 24 ans. IRM. Désinsertion oblique du tendon et de la jonction myotendineuse du biceps fémoral avec retraction de 7 cm. Patient opéré avec reprise du rugby en compétition à 6 mois.

ischioprox3Sportif de 31 ans. IRM. Désinsertion proximale du tendon conjoint avec rétraction du muscle biceps fémoral.

1.2 Les désinsertions myo aponévrotiques centrales du biceps fémoral.

L’aponévrose centrale est la continuité tendineuse au sein du muscle. Cette aponévrose est aussi le siège fréquent de désinsertion myo aponévrotique.

Dans notre expérience, il existe deux types de désinsertion myo aponévrotique centrale du biceps fémorale : proximale et distale.

Les désinsertions myoaponévrotiques centrales proximales.

centrproxL’aponévrose centrale proximale du biceps fémoral s’étend de la jonction myotendineuse du tendon conjoint  descend jusqu’à et au delà de la bifurcation biceps fémoral – demi-tendineux.

La désinsertion centrale proximale est souvent d’évolution plus lente avec des cicatrices possible en raison des nombreuses structures aponévrotiques locales.

proxbic

ruptcentre

Les désinsertions myoaponévrotiques centrales distales.

centrdistSportif de 38 ans. Echographie. Désinsertion centrale distale de stade 2  du biceps fémoral. Aspect crénelé de l’aponévrose ave petite hémorragie périphérique.

cg

L’aponévrose centrale distale est la continuité de l’aponévrose centrale de la longue portion du biceps qui vient se terminer progressivement à la partie distale du muscle.

ischcenyrdistIRM. Désinsertion centrale distale du biceps fémoral avec discontinuité de l’aponévrose de stade 2.

1.3 Les désinsertions myo aponévrotiques périphériques du biceps fémoral.

muscle1

 

2. Le muscle demi-tendineux.

Les désinsertions myo-aponévrotiques du muscle demi-tendineux peuvent concerner :
– le tendon conjoint
– la jonction myo-tendineuse proximale
– le muscle proximal
– le tendon distal.

Désinsertion myo-aponévrotique périphérique.

3. Le muscle demi-membraneux.

Le muscle demi-membraneux est moins souvent atteint que les muscles biceps fémoral et demi-tendineux. On retrouve surtout des lésions distales centrales.

demimemb

33 réflexions au sujet de « Les « déchirures » des ischio-jambiers. »

  1. Il y a un mois j ai évité une chute d une marche contente de moi mais le soir en marchant coup de poignard sur le côté externe du genou et sensation de retraction il a fallu attendre plusieurs se ondes pour que tout se remette en place plusieurs jours ont passé pour que cette douleur revienne..consultation chez le généraliste qui diagnostic une déchirure du demi tendineux glace trois fois par jours je n ai pas mal assise debout en marchant allongée mais au bout de 6 semaines il m arrive encore pour une raison indéterminée d avoir une douleur moins vive mais sensation de rétraction qui me fige cela passe et je peux continuer ma route .ce médecin m à parlé de 8 semaines?

    1. Bonjour,
      Vous semblez évoquer une rupture distale du tendon demi-tendineux en arrière et sur le côté interne du genou. Cette rupture est rare en dehors d’une rupture dans un contexte de chirurgie du ligament croisé antérieur avec prise d’un greffon du demi-tendineux. Si cette rupture est complète, elle peut laisser des douleurs chroniques longtemps, souvent plus de six mois. Il peut exister une rétraction du tendon et une atrophie du muscle pouvant gêner parfois de manière chronique.
      Cordialement.

  2. Cela fait 6 mois que j’essaie de récupérer chez un kiné une desintertion haute du tendon conjoint biceps femoral et semi tendineux. Ma jambe fatigue très vite avec douleur dans la fesse et douleur en position assise sur plan dur. Je ne parle pas des douleurs la nuit et cette sensation continuelle de brûlures à l’arrière de la cuisse..les médecins me disent d’ être patiente je commence à désespérer.j’ai demandé l’avis de 2 chirurgiens la réponse était pas d’opération..j’ai 62 ans .que faire ?

    1. Bonjour Madame,
      Malheureusement, une désinsertion haute complète des ischio jambiers pose la question d’une réinsertion chirurgicale. Etant donné le caractère invasif de l’intervention chirurgicale, il est habituel de ne pas opérer les patients « non sportifs de haut niveau (!) ». Cela peut néanmoins laisser des douleurs résiduelles et une invalidité qui peut faire discuter la chirurgie m^me chez des sujets plus âgés. cette chirurgie nécessite un bon muscle non atrophié par la rupture du tendon et un chirurgien habitué à ce type de lésion.
      Cordialement.

  3. Bonjour,
    Il y’a deux mois, j’ai glissé à gym, grand écart violent et hématome important, première échographie montre une déchirure musculaire, séance de kiné, mais les douleurs persistent, . A la demande du kiné nouvelle échographie dont le résultat est : séquelle de réinsertion des oschio-jambiers à gauche avec un hématome résiduel au niveau de la jonction myo-tendineuse concernée, . J’ai toujours très mal de restée assise et douleurs dans le bassin, même couchée. J’ai 70 ans, mais toujours sportive, je désespère de ne plus pouvoir reprendre mes activités.
    Que me conseillez vous. Merci

    1. Bonjour,
      Vous avez probablement désinséré votre tendon proximal des ischio-jambiers (conjoint ou du demi-membraneux). Si le tendon est rétracté chez un sportif de haut niveau on pratiquera une réinsertion chirurgicale. Dans votre cas, avant de penser chirurgie, je pense qu’il faut se donner du temps, 6 mois environ, avec kinésithérapie et patience (activité physique modérée) pour voir si vous pouvez vous passer de chirurgie.
      Cordialement.

  4. Bonjour,

    Suite à un grand écart forcé il y a 5 jours, j’ai entendu un bruit de craquement au niveau du ⅓ supérieur de mes ischios. Je suis allé chez un médecin du sport hier « Défaut musculaire important à la palpation, rupture s ou complète DM/DT? ».
    J’ai une échographie ce lundi, je suis très inquiet de devoir être opéré ….

  5. Bonjour,

    J’ai 39 ans et lors d’un match de foot, il y a 4 semaines, j’ai fait une rupture complète du tendon bicipital distal juste sous la jonction myotendineuse distale avec diastasis tendineux de 20mm. Je suis allé aux urgences le jour meme mais malheureusement les internes n’ont pas vu la rupture constatant une déchirure musculaire. J’ai pris rdv avec un médecin du sport après 3 semaines et et ďeux jours plus tard j’ai passé l’IRM avec le constat plus haut. Après consultation avec le chirurgien le médecin me dit que c’est trop tard pour opérer et qu’il n’y a plus rien à faire. Je suis sous le choc et totalement anéanti. Je cherche une solution et je veux croire qu’il y en a une. Je ne sais pas où aller sachant que c’est une course contre la montre.
    Si quelqu’un a des conseils à me donner, médecin, spécialiste, technique d’opération, greffe ou autre solution je vois serai très reconnaissant. Je ne dors plus depuis 10 jours, je suis terrifié à l’idée qu’il n’ait plus de solution.
    Merci à tous.
    Edmond

    1. Bonjour,
      S’il s’agit bien d’une rupture totale et distale du tendon du muscle biceps fémoral, une réparation chirurgicale chez un patient sportif est souhaitable. Si la rétraction n’est pas trop importante (20 mm c’est limite dans votre cas), cette réparation peut être tentée même en chronique par des chirurgiens spécialisés en pathologie musculaire.
      Cordialement.

  6. Bonjour,

    Finalement, je me suis fait opéré à la clinique du sport à Paris par le Dr. Nicolas LEFEVRE qui est très humain et compétent. Les frais ont été pris en charge par ma mutuelle mis à part pour les dépassements d’honoraires. Cela fait 9 mois que je me suis fait opéré, je récupére doucement mais je récupére.

  7. Bonjour
    Suite à une chute le verdict vient de tomber rupture totale des 3 muscles composants les ischios. Juste a l’insertion osseuse j’ai 48 ans fini la compet mais je souhaite continuer a me faire plaisir à vélo. L orthopédiste consultait ce jour ne préconise pas d opération mais en lisant ce forum je pense sue c préférable … A ce stade après 10 jours l’hématome se résorbe mais une douleur de sciatique m’empêche de m’asseoir et de dormir
    Que me conseillée vous je suis de la Domme dans les hauts de France
    Merci

    1. Bonjour,
      Effectivement, une avulsion complète des ischio jambiers est une indication théorique de réparation chirurgicale. Tout dépend cependant de votre activité et de votre désir de poursuivre du sport de manière soutenue. Malheureusement, je ne connais pas de chirurgien spécialisé dans votre région, vous pouvez éventuellement consulter sur Paris le Dr LEFEVRE comme l’ont fait apparemment avec satisfaction d’autres internautes.
      Bonne chance.
      Cordialement.

  8. Bonjour,
    J’ai 42 ans et suite à une douleur très forte derrière la cuisse durant un match de foot, j’ai conclu à une déchirure.
    J’ai arrêté le sport durant 4 semaines puis repris la course au fur et à mesure.
    2 semaines après j’ai repris le foot et j’ai ressenti une douleur vive au même endroit.
    J’ai donc décidé de consulter et voici la conclusion de l’échographie « désinsertion myotendineuse du muscle biceps fémoral avec petit hématome liquéfié ».
    Le radiologue me conseille de me reposer encore un peu car la lésion n’est pas tout à fait cicatriser apparemment.
    Pourriez vous svp me conseiller combien de temps je dois arrêter le sport et quand démarrer la kinésithérapie.
    Y a t il un traitement à faire pour récupérer plus rapidement ?
    Merci par avance.

    1. Bonjour.
      Vous semblez présenter une désinsertion myo-aponévrotique sévère du muscle biceps fémoral avec une probable rétraction musculaire comblée par un hématome. La cicatrisation de ces lésions peut être longue, parfois au-delà de 3 mois. Le traitement est basé sur la kinésithérapie. Il est important de connaître la nature du tendon proximal afin d’éliminer une éventuelle indication chirurgicale.
      Cordialement.

      1. Merci pour votre réponse.
        Ci-dessous le résultat exact de l’écho :
        – présence au niveau de la jonction myotendineuse du muscle biceps fémoral d’une petite collection anéchogène de 4.8 mm de diamètre étendue sur environ 20 mm
        – aspect normal du tendon conjoint des ischio-jambiers jusqu’au niveau de son enthèse ischiatique
        – absence d’autre anomalie musculaire décelable
        – absence de lésion tissulaire circonscrite
        On m’a expliqué que je devais faire des séances d’ultra son chez le kiné est ce le traitement approprié ? dois je également réaliser de séances de muscu avec le kiné ?
        Merci de votre retour

        1. Bonjour,
          La kiné dans votre cas permet de redonner de la souplesse au muscle et « d’attendrir la cicatrice ». La kiné avec renforcement musculaire fait partie du protocole kiné classique.
          Cordialement.

  9. Suite â une chute en mai dernier j ai une désinsertion des muscles sémi tendineux et membraneux le biceps garde sa continuité mais impossible faire des balades sans souffrir ,j ai 70 ans que me conseillez vous ,merci

    1. Bonjour,
      Si vous continuez à souffrir plus de 6 mois après votre accident, il peut être intéressant de faire le point par IRM plutôt que par échographie de l’état de vos muscles et d’une éventuelle complication (cicatrice fibreuse, noyau de moignon, collection enkystée) qui pourrait être traitée spécifiquement.
      Cordialement.

  10. Je suis à la recherche désespérée d’un avis médical sérieux de la part d’un spécialiste.

    Je m’appelle Antoine, je suis un lyonnais de 38 ans et suis en voyage autour du monde jusqu’en mars 2018.

    Lors de mon 1er jour à Tahiti, dimanche 1er octobre, j’ai fait une mauvaise réception de saut en kitesurf, j’avais une vitesse descendante élevée quand, au moment de retoucher l’eau, mon pied droit a quitté la planche et le pied gauche est resté dessus, ce m’a fait faire un grand écart et j’ai senti les muscles à l’arrière de ma jambe gauche craquer.

    Mardi 3 octobre, j’ai passé un IRM dont je vous joins plus bas les fichiers images ainsi que le compte-rendu. En résumé : aspect de désinsertion proximale du tendon conjoint et du semi-tendineux avec rétraction de 5,5cm + Rupture quasi complète du tendon du semi-membraneux.

    Jeudi 5 octobre, j’ai obtenu un rdv avec le chirurgien orthopédiste Dr DJENADI, de l’hôpital de Papeete dont voici le compte rendu. Il ne préconise pas d’opération.

    Mardi 10 octobre, j’ai obtenu un rdv avec un autre chirurgien orthopédiste Dr EVENAT, il préconise plutôt une opération.

    Toutes les pièces jointes sont récupérables via ce lien WeTransfert : https://we.tl/vnZoWgStse

    La poursuite de mon voyage est normalement prévue pour le 1er novembre prochain au départ de Tahiti.

    LE PLUS IMPORTANT POUR MOI est de choisir la solution qui me permettra d’avoir le plus de chances de retrouver toutes mes facultés musculaires car je suis très sportif (ultra-trails, sports de glisse, tennis,…). J’ai cru comprendre également qu’il y avait une urgence car si jamais c’était la solution de l’opération que je devais retenir, il y avait un délai à ne pas dépasser à compter du jour de la rupture de ces tendons…

    J’ai notamment 2 questions essentielles :
    – quelles conséquences fonctionnelles si je ne me fais pas opérer ?
    – quel niveau d’efficacité de l’opération et quels risques ?

    Je vous remercie infiniment pour votre éclairage
    Bien à vous

    1. Bonjour,
      Une rupture complète proximale du tendon conjoint et du demi membraneux doit faire discuter une chirurgie chez un sujet jeune et sportif.
      Avec les nouvelles techniques d’ancrage, les résultats sont le pus souvent bons comme on peut le voir chez de nombreux footballeurs professionnels aujourd’hui.
      Les complications possibles sont celles inhérentes à toute chirurgie (infection, hémorragie…). Une lésion du nerf sciatique qui est au contact des tendons est une éventualité exceptionnelle peu probable chez un chirurgien habitué.
      Cordialement.

    2. URGENCE !!
      Même topo que vous et même conditions de lésions pour ma part , j’ai été opéré à Paris finalement par le meilleur en la matière, le Dr LEFEVRE.
      Aucune hésitation , opération obligatoire ! et rapidement, j’ai été opéré sous 3 mois et demi et j’en porte les séquelles à vie MAIS, je refais tous les sports que j’aime : jogging, surf, kite, foil, standup… et ce 4x/semaine ! j’ai une faiblesse car j’avais 10cm de rétractation tendineuse et opéré tardivement, mais quel bonheur de pouvoir continuer mes disciplines…que dis je …mes passions ! Mes 3 tendons été rompus ou presque , et l’avant et après opération est sans équivoque…sans opération , cela va droit au carnage par la suite, douleur, perte énorme de puissance, difficulté à marcher normalement, mal en position assise, nerf sciatique douloureux avec les tendons qui se collent dessus etc …. Aller sur Paris, clinique du sport , et allez voir Dr LEVEFRE Nicolas. Bon courage !

  11. Rebonjour,

    J’ai pris contact avec la clinique Nollet avec le secrétariat du docteur Lefevre . Après m’être renseigné je me suis rendu compte qu’ils étaient non-conventionnés et que tout les frais seront à ma charge…Avec 4 enfants et gagnant 740 euros par mois il faut absolument que je trouve quelqu’un d’autre conventionné qui puisse m’opérer. Merci de m’aider car je suis au bout du rouleau, j’ai tout le temps mal et ça me bloque au niveau professionnel et personnel. Merci d’avance.

    1. Bonjour,
      Malheureusement, je ne peux pas vous aider si ce n’est de vous conseiller peut-être une consultation avec un chirurgien orthopédique dans un hôpital public afin d’y trouver un spécialiste du muscle ce qui est malheureusement assez rare.
      Cordialement.

  12. Excusez-moi je viens de comprendre (je suis un peu blond lol) que c’est vous l’auteur de ce site et que vous êtes très calé sur le sujet. Vous n’êtes pas chirurgien par hasard ?

    En tout cas merci pour ce que vous faîtes.

  13. Merci beaucoup Yannick ça me redonne de l’espoir. Avez-vous eu le même souci ? Si c’est le cas comment avez-vous résolu le problème ?

    J’attends des nouvelles des chirurgiens de Paris par le biais des chirurgiens de Pau que j’ai rencontrés récemment et qui doivent les contacter. Et si ça n’avance pas je prendrai contact par moi-même jusqu’à trouver quelqu’un qui puisse m’opérer.

    Je sais qu’il faut relativiser et que ce n’est pas grave mais c’est pénible d’avoir mal et de se dire qu’on ne va plus pouvoir remarcher normalement et encore moins faire de sport, ni de travail physique….

    Merci beaucoup d’avoir répondu Yannick et si vous avez des infos intéressantes n’hésitez pas. J’ai besoin de sortir de cette galère.

  14. bonjour je vous conseille de prendre RV avec le docteur Lefèvre a la clinique Paris v a Paris il en as fais sa spécialités il faut absolument opérer moi je me suis fais une rupture complète des tendons de l’ishio jambiers aucun chirurgien ne voulait opérer il me disait que c’est rien avec de la rééducation se serait guéri ce qui est faux j’et ete consulter le docteur Lefèvre cest une pathologie rare mais très grave ne rester pas comme sa sinon vs allez souffrir toutes votre vie

    1. idem…J ai été opéré par le Dr LEFEVRE, rupture complète et personne ne voulait m opérer…
      7 mois après l opération , j ai repris intégralement toutes mes activités sportives…et J ai été opéré pourtant à 3mois 1/2 avec 10cm de rétractation tendineuse
      après mon accident.
      Sans hésitation, je refairais de même…rester dans la « nature » avec une rupture haute est une hérésie..Merci au Dr LEFEVRE.

  15. Bonjour,
    Je suis un peu à court d’avis sur ma situation qui est la suivante.
    Suite à un accident de surf fin septembre 2015 (élongation/grand écart de la jambe vers l’avant) j’ai subi une déchirure des muscles arrière de la cuisse gauche ischio-jambiers. Marche et mouvements devenus quasi impossibles, jambe tendue uniquement.
    Suite à l’écho exécutée 2 jours après l’accident, le diagnostic est: vraisemblable rupture complète du tendon conjoint du biceps fémoral et du semi-tedineux associée à une probable désinsertion myo-aponévrotique des 2 tiers supérieurs du semi-tendineux.
    4 jours après, un IRM à été réalisé avec le diagnostic suivant:
    rupture du tendon commun biceps fémoral/semi-tendineux avec 19mm d’espace et déchirure du demi-membraneux + les divers hématomes intra-musculaires, nerf sciatique intact.
    Avis des médecins: revalidation de +/- 6 mois, pas d’opération suite au risque dû à proximité du nerf sciatique et de mon age (55 ans) malgré mon état ‘sportif’.
    Nouvelle écho de contrôle 6 semaines plus tard: confirmation de rupture proximale du semi-tendineux/biceps fémoral avec hémathome de 130x50mm, structure hétérogène des fibres de la zone (évidement au niveau de la lésion) et réaction inflamatoire.
    Voila, aujourd’hui cela fait 11 semaines, je fais 2 à 3 semaines de rééducation (principalement des massages musculaires) et fais petit à petit des exercices sous suivi (home trainer, flexions,…). Le kiné de sport qui me traite n’a jamais vu de blessure aux ischio-jambiers aussi grave.
    Le problème est que quand je marche, la douleur apparaît après 300-400m… je n’ai pas l’impression de récupérer beaucoup et que la position assise est toujours douloureuse.
    Est-ce normal de ne pas avoir opéré (suite conseil de 2 orthopédistes…) ?
    Je suis à votre écoute pour un soutien spécialisé complementaire.
    Eric

    1. Bonjour,
      La désinsertion tendineuse proximale du tendon conjoint des ischio jambiers est un problème sérieux d’autant plus que le tendon est rétracté. Il risque de persister des douleurs avec perte de force et amyotrophie. Chez les patients de haut niveau sportif, la chirurgie est globalement acceptée (réinsertion du tendon). Il s’agit d’une chirurgie délicate, peu de chirurgiens en France opèrent ce genre de lésion en routine. Après deux mois de douleurs persistantes dans votre cas, avec une activité sportive soutenue, quelque soit votre âge, je pense qu’il est licite de demander un nouvel avis chirurgical à un spécialiste de ce type de lésion.
      Cordialement.

      1. Merci pour votre conseil, je prends rendez-vous auprès d’un autre spécialiste. Mais n’est-ce pas trop tard pour opérer (3 à 4 mois après accident) ?
        Eric

    2. qu’en est ‘il Eric ? J’avais eu le même diagnostique que vous il y a 3 mois, et finalement après 5 rdv chir ortho, un seul a voulu m’opérer et surtout le jugeait essentiel !!! Donc, opération effectuée il y a 10j avec une rétractation de 9cm pour l’ensemble des tendons , et plus qu »à attendre la rééducation.
      Pourtant j’avais bien progressé et ce même avec 3 tendons rompus, mais au final et avec le temps, j’allais droit à la cata je pense …

    3. Bonjour,

      J’ai le même souci que vous, en surf également grand écart ça fait un an et demi (octobre 2015) que j’en bave (douleurs fesses et jambe)et que je n’arrive pas à recourir, ni retrouver de la force dans la jambe gauche malgrés tout les efforts que je fais. On m’a dit il y a un an et demi qu’il ne fallait pas opérer. J’ai vu récemment deux chirurgiens qui me disent qu’ils peuvent m’opérer mais que ça servira uniquement à ne plus souffrir mais que je ne retrouverai pas l’usage normal de ma jambe, car ils ne s’aventurent pas à « rattacher » les ischios. Ils doivent contacter des chirurgiens sur Paris. Avez-vous réussi à trouver une solution car je suis au fond du sceau, j’ai 43 ans, fan de sport et la frustration est énorme comme vous le savez…je n’arrive même pas à faire 5 mètres en courant comme un papi sans devoir m’arrêter à cause de la douleur. Merci d’avance.

      Fred surfeur sur Bidart

      1. Bonjour,
        Une réinsertion des ischio-jambiers est possible même en chronique aujourd’hui.
        De Bidart, vous pouvez peut-être vous rapprochez de la Clinique du Sport à Mérignac près de Bordeaux.
        Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.