Les « déchirures » des ischio-jambiers.

Les muscles ischio-jambiers sont les muscles qui relient l’ischion (tubérosité du bassin) à la jambe.  Ce sont :
– le muscle biceps fémoral
– le muscle demi-tendineux
– le muscle demi-membraneux.

Les lésions musculaires traumatiques des ischio-jambiers sont les plus courantes en pratique sportive. Elles concernent le plus souvent le muscle biceps fémoral.

1. Le muscle biceps fémoral.

Le muscle biceps fémoral prend son origine sur un tendon commun avec le muscle demi-tendineux sur le versant médial de l’ischion. Vers le bas, il se sépare du demi-tendineux pour former le chef musculaire de sa longue portion. Au tiers moyen de cuisse, la courte portion prend son origine sur la face postéro latérale du fémur et s’unit par une aponévrose à la longue portion. En bas, en superficie du muscle se forme le tendon distal qui va se terminer sur la tête de la fibula accroché au Ligament Collatéral Latéral du genou.

bicfem3On distingue 6 zones électives d’atteinte traumatique du biceps fémoral :
1. le tendon proximal
2. l’aponévrose centrale proximale
3. l’aponévrose périphérique distale
4. l’aponévrose centrale distale
5. la jonction myotendineuse distale
6. Le tendon distal.

1.2 Les désinsertions du tendon proximal conjoint et de la jonction myotendineuse proximale.

Ces lésions intéressent le plus souvent la bifurcation entre tendon demi tendineux et tendon biceps fémoral. Elles peuvent s’étendre distalement dans les muscles ou proximalement en disséquant le tendon conjoint. Elles sont souvent associées à une rétraction qui peut être partielle. Ces lésions sont souvent plus longues à cicatriser et peuvent laisser des cicatrices, source de récidive.

ischioprox
Footballeur professionnel de 28 ans. IRM. Désinsertion proximale complète  des tendons conjoint et du demi-membraneux avec rétraction d’environ 4 cm. Patient opéré avec reprise de l’activité sans séquelle.

ischioprox2Rugbyman professionnel de 24 ans. IRM. Désinsertion oblique du tendon et de la jonction myotendineuse du biceps fémoral avec retraction de 7 cm. Patient opéré avec reprise du rugby en compétition à 6 mois.

ischioprox3Sportif de 31 ans. IRM. Désinsertion proximale du tendon conjoint avec rétraction du muscle biceps fémoral.

1.2 Les désinsertions myo aponévrotiques centrales du biceps fémoral.

L’aponévrose centrale est la continuité tendineuse au sein du muscle. Cette aponévrose est aussi le siège fréquent de désinsertion myo aponévrotique.

Dans notre expérience, il existe deux types de désinsertion myo aponévrotique centrale du biceps fémorale : proximale et distale.

Les désinsertions myoaponévrotiques centrales proximales.

centrproxL’aponévrose centrale proximale du biceps fémoral s’étend de la jonction myotendineuse du tendon conjoint  descend jusqu’à et au delà de la bifurcation biceps fémoral – demi-tendineux.

La désinsertion centrale proximale est souvent d’évolution plus lente avec des cicatrices possible en raison des nombreuses structures aponévrotiques locales.

proxbic

ruptcentre

Les désinsertions myoaponévrotiques centrales distales.

centrdistSportif de 38 ans. Echographie. Désinsertion centrale distale de stade 2  du biceps fémoral. Aspect crénelé de l’aponévrose ave petite hémorragie périphérique.

cg

L’aponévrose centrale distale est la continuité de l’aponévrose centrale de la longue portion du biceps qui vient se terminer progressivement à la partie distale du muscle.

ischcenyrdistIRM. Désinsertion centrale distale du biceps fémoral avec discontinuité de l’aponévrose de stade 2.

1.3 Les désinsertions myo aponévrotiques périphériques du biceps fémoral.

muscle1

 

2. Le muscle demi-tendineux.

Les désinsertions myo-aponévrotiques du muscle demi-tendineux peuvent concerner :
– le tendon conjoint
– la jonction myo-tendineuse proximale
– le muscle proximal
– le tendon distal.

Désinsertion myo-aponévrotique périphérique.

3. Le muscle demi-membraneux.

Le muscle demi-membraneux est moins souvent atteint que les muscles biceps fémoral et demi-tendineux. On retrouve surtout des lésions distales centrales.

demimemb

112 commentaires sur “Les « déchirures » des ischio-jambiers.”

  1. Bonjour,
    Le 18 décembre 2020 lors d’un déplacement sur Paris en moto une plaque de gasoil au sol à un feu rouge m’a fait chuter lorsque j’ai posé mon pied au sol. Voulant par réflexe retenir ma moto ( 230 kg ) j’ai forcé sur ma jambe gauche qui avait repris un appui au sol. Résultat un coup de poignard dans la fesse. Donc, demi-tour après être remonté sur ma moto avec l’aide d’un jeune homme. Direction hôpital de Trappes ( proche de Versailles ). Echographie, IRM, diagnostic et vu par un chir ortho ( Dr Lefèvre ). Bilan rupture tendineuse du tendon conjoint gauche rétracté sur 8cm , hématome de 9 x 2cm plus rupture partiel de la plaque myo-tendineuse du grand adducteur. Devant les dégâts le Dr Lefèvre à contacté le Dr Lefèvre (homonyme ) à Paris qu-il savait spécialiste de ce genre de traumatisme. Au vu des résultats echo et IRM, celui-ci au vu mon âge (65 ans ) et vu mon activité sportive continue depuis mon plus jeune âge ( foot jusqu’à 58 ans au niveau régional et depuis vélo en club ) pensait que l’opération n’était peut-être pas impérative. Voir si une cicatrisation s’opérait avec un contrôle dans le mois suivant .De fin décembre à mi-février marche avec béquilles uniquement et kiné avec ondes de choc pour réduction de l’hématome. Le contrôle laissait apparaitre un bon début de cicatrisation . Fin février suppression d’une béquille. Pendant toute cette période prise de temps à autre d’antalgiques pour la douleur. Mi-mars le kiné à demandé au chir ortho si au vu de ma bonne récupération je pouvais poser la béquille restante et monter début avril sur mon H.T. pour juste faire tourner les jambes 2 minutes. Accord du chir. J’ai progressivement augmenter la durée mais en moulinant ( 34 x 26 pour les connaisseurs ). Début mai accord pour une sortie vélo en extérieur mais pas de dénivelé et 5 km max. J’avais quelques douleurs résiduelles après le vélo mais pas handicapantes . Sans rien dire à personne, ma nature de compétiteur toujours présente malgré mes 65 printemps, m’a poussé à pousser la machine. Donc je roulais tous les deux jours en augmentant la distance. Début juin je faisais 70km cool. Mi-juin j’ai pris le risque ( mesuré ) car je serais accompagné de faire un rallye cyclistes connu dans notre région. J’ai effectué les 110 km en faisant deux poses ( il y a des ravito ). Douleurs le soir mais sans plus. J’ai laissé passer deux semaines sans rouler. Reprise en vacances au mois de juillet tous les matins sur 30 km en augmentant progressivement ( grand plateau et pignon de plus plus petit ) pour remuscler ma jambe gauche car je pédalais un peu « carré ». Depuis le mois d’août je roule normalement dans ma région, la vallée de Chevreuse, j’ai des difficultés dans les côtes car je n’arrive pas à faire avec de la force la partie tirer du pédalage. Après presque un an après mon accident je considère que j’ai bien récupéré, sans opération , avec des douleurs de temps à autre . Il me reste encore, je l’espère, de belles années de vélo devant moi. Je précise que je m’échauffais sérieusement au début de chaque sortie, et qu’après froid et étirements doux pendant 5/10 minutes ) Voilà mon témoignage, qui va peut-être donner des raisons d’espérer à ceux qui ont été victime comme moi de cette pathologie. Avec des efforts mesurés, et progressifs ( avec quelques petit coups de folie; me suis mis à la planche pour ne pas être semé par les copains ) j’ai réussi à revenir à environ 80% de mon niveau avant chute. Bien sur nous sommes tous différents ( âge, constitution, niveau sportif, volonté ) et le niveau de gravité n’est pas le même pour tous le monde mais je pense que le mental ( pour ma part ) est important même quant la lésion est conséquente .
    Cordialement et sportivement

  2. Bonjour à tous suite à une chute en avant et un grand écart forcé, une douleur que je décrirai 8/10 s est fait sentir.

    Urgence: Écho, radio, IRM dans les 2 jours suivants.
    Résultats désinsertion complète des tendons ishio jambier ave rétractation de moins 1cm.
    Je suis très sportif 45 ans ( non pro) mais m entraînant 5-6 fois par semaine, muscu vélo, rando.
    Après plusieurs consultations et entretiens où certain chirurgien me disent d attendre, j ai pris une teleconsultation avec Dr LEFEVRE à Paris qui me préconise l opération.
    Elle sera réalisée d ici peu, à 17 jours post trauma.
    Les premiers 10 jours ont été extrêmement durs avec une incapacité totale de la jambe, et depuis quelques jours cela va mieux niveau douleur au niveau du pli inférieur de la fesse, mais je reste souvent allongé et m autorisé 2 micro marches par jours.
    Bien sûr je réfléchi toujours au bien fondé de l opération mais avec l avi du chirurgien et tous ces témoignages je me dit que la chirurgie est la meilleure des solutions pour revivre comme avant.
    Merci à tous de vos témoignages
    Affaire à suivre

    1. Oui Stéphane, je le suis fait opérer le 9 Septembre d une desinsertion totale des tendons de l ischio par le docteur Lefevre.
      Pour pouvoir récupérer toutes les fonctionnalités de ta jambe,l operation est nécessaire.
      Après l operation,les 6 premières semaines sont très compliquées avec une attelle et des douleurs.Ensuite tu pourras remarcher sans douleur,j en suis à ce stade mais je ne pourrai recourir que en Fevrier 2022.
      Bon courage à toi
      Yann

      1. Bonjour Yann merci bcq de ton retour. En effet , bon les 6 semaines on dù te paraître longues .. Les douleurs post intervention sont elles comparable à la douleur lors de la désinsertion ?
        Je viens de remonter du bloc, mes jambes sont encore endormies, la durée de l intervention à êté d env 45 min. Allez courage 2 mois et tu vas galoper plus qu avant

        1. Non Stéphane,
          elles sont moins fortes tout de même, mais ce n’est pas évident, on est obligé de prendre des antalgiques qui atténuent la douleur et par la suite,tu auras des adhérences dues à la cicatrice.
          Au début,il se peut que tu aies des pincements, gros tiraillements et décharges électriques qui vont s estomper au fil du temps.L atelle est aussi très embêtante et ce sera mieux quand tu ne l auras plus surtout pour dormir mieux.
          A bout de 1 à 1,5mois environ,tu ne devrais plus avoir de douleurs,juste des adhérences gênantes qui iront en diminuant.
          Bon courage !

          1. Merci de ton retour, en effet tiraillements et inconfort de positionnement , mais ça va pour l instant.
            Pour info alors que le diagnostic juste après chute était une rétractation de moins de 1cm des tendons, au moment de opération ( env 15 jours après ) elle était de 3 cm.
            Si tout va bien je ferais un message sur le retour sur l amélioration des capacités physiques et des activités à venir. Courage à tous

  3. Bonjour,
    En jouant avec mon fils (un gaillard de 16 ans), nous avons voulu nous faire tomber en faisant un croche pied : j’ai ressenti une douleur vive, comme si mon fémur sortait de son axe..n’ayant pas eu de bleu ni d’oedème je n’ai pas consulté de suite. En reprenant le travail (je suis aide soignante) ma jambe entière est devenue comme du bois. J’ai finalement consulté et j’ai une rupture des 3 tendons ischios jambiers. J’ai 48 ans, le traumatisme remontait à 4 semaines donc pas d’opération : séances de kiné mais celui ci n’a jamais eu ce genre de cas et ne sait pas trop comment me prendre en charge…je suis aussi inquiète sur le fait que mon genou à tendance à partir vers l’arrière : j’ai peur d’aggraver mon cas.
    Pouvez-vous me conseiller ?

    1. Bonjour.
      Une rupture complète proximale des ischiojambiers peut être longue à cicatriser surtout s’il y a une importante rétraction tendineuse. Les douleurs peuvent persister au dela de 6 mois. Avec le temps, ces douleurs vont s’estomper, la perte de force est souvent modérée.
      Concernant votre genou qui part en recurvatum, je ne vois pas de rapport direct avec votre rupture tendineuse.
      Peut-être refaire le point avec votre médecin?
      Cordialement.

  4. Bjr a tous j’ai 40 ans et pas du tous sportif ! Le 16 août 2021 suite à un dégât des eaux j’ai fait une chute ( grand écart forcer ) impossible de me relevé ! Donc pompier et hôpital ! Radio rien et scanner on me dit que je me suis arraché le muscle je reste à l’hôpital 4 jour et je rentre chez moi ( hospitalisation a domicile) on me programme un irm mes impossibles à faire car je suis clostro !!! Donc irm rater on me propose eco et là on voi un hématome de 4cm sur 5 cm de diamètre et 15 de long ! On me propose une ponction qui a donc été réaliser se matin ( 21 septembre ) et après 2 essay c’est rater sa marche pas ! Et là on me sort aussi un tendon qui c’est desincerser !!! On me dit japel un chir il vous faut un bloc! Je chir répond Nn on attend on re essay la ponction dans 3 semaine !!!!! Je suis perdu la je suis maman g besoin de ravoir une vie normal ! J’en peu plus d’être bloker ! Je ne c’est toujour pas m’assoir rien

    1. Bonjour

      Je me permet de laisser un petit commentaire pour vous présenter mon problème et peut être pouvez vous m’aider à y voir plus claire .
      En effet le 26 septembre j’ai fait une accélération et la un craquement au niveau des ischios jambier droit , arrêt du foot immédiat, plus possible de marcher et de s’asseoir, je vais faire une echographie 4 jours après premier verdict « on retrouve une desinsertion partiel du semitendineux avec hematome au contact de la tuberositer ischiatique » mais à confirmer par irm car peut être desinsertioncomplète, une semaine et demi de béquille ensuite marche douloureuse, et encore de très grosses douleurs à la palpation, pour enfiler un pantalon et pour massoir correctement.
      J’ai peur que la rupture soit complète, pouvez vous m’éclaircir s’il vous plaît

      1. Bonjour.
        Il faut dans votre cas faire la part entre une déchirure de la portion proximale du muscle semi-tendineux qui devrait finir par cicatriser et une rupture de son tendon conjoint, lésion plus grave qui pourrait amener dans certains cas à une chirugie de réparation d’autant plus que vous êtes jeune. Une IRM dans votre cas devrait aider à faire la part des chses.
        Cordialement.

  5. Bonjour,
    J’ai 20, et je me suis partiellement désinséré le semi-membraneux il y plus de 4 mois.
    J’ai d’abords cru à une élongation, mais comme les douleurs sous le pli fessier étaient toujours présente après un mois d’arrêt sportif, j’ai effectué une échographie que deux mois après mon accident (grand écart sans échauffement).
    Je lis beaucoup sur le sujet, et j’ai l’impression que j’aurai du me faire opérer pour espérer avoir un rétablissement optimal.
    A l’heure actuel, je n’ai plus de douleur à la marche, mais une simple contraction isométrique en piste intermédiaire (genou tendu et hanche allant vers l’extension) réveille la douleur sous le pli fessier. De même, pour un simple étirement (dans des amplitudes bien loin de mes capacités).
    J’ai réessayé la course à pieds à mes 4 mois d’arrêt (juste 15min de footing), je n’ai ressenti qu’une gène pendant l’effort (je suis restée en infradouloureux), mais une fois mon muscle froid les douleurs sont réapparues de manière beaucoup plus intensive (même a la marche).
    Que dois-je faire ? Devrai-je allez voir un autre spécialiste pour parler d’opération même sur une rupture partielle ? Si oui, 4 mois est-ce trop tard pour une opération ?
    Je précise que je suis sportive, et que l’attente et l’espoir de guérison devienne extrêmement long, j’ai plus que besoin d’un avis.
    Merci d’avance pour votre réponse.

    1. Bonjour.
      Désolé pour cette réponse tardive mais votre commentaire s’était égaré au milieu d’autres déjà traités.
      Une intervention sur votre rupture partielle proximale des ischiojambiers en chronique n’est pas de réalisation aisée. Je pense qu’il faut avoir une consultation avec des chirurgiens vraiment spécialisés dans ce type d’atteinte.
      À 4 mois, tout ne me semble pas perdu. Peut-être qu’en reprenant un peu de kinésithérapie et des soins locaux, cette douleur d’effort va finir par s’estomper.
      Bon courage.
      Cordialement.

  6. Marc-Antoine Diego Guidi

    Bonjour à toutes et à tous,
    Mon nom est Diego GUIDI.
    En février 2018 lors d’un grand écart forcé en surf (pratique non compétitive) j’ai subi une rupture totale du tendon ischio jambier gauche à l’insertion, dans l’ile de Florianópolis au sud du Brésil où je travaille dans une université locale.
    Après avoir été diagnostiqué dans un hôpital local, j’ai cheminé de consultations médicales en consultations chirurgicales pour définir le meilleur chemin thérapeutique possible : opération ou seulement rééducation ?
    Après des avis divergents tant localement avec des chirurgiens brésiliens qu’avec deux chirurgiens de Bordeaux à travers un ami orthopédiste, au bout de 2 semaines je ne savais toujours pas quoi faire.
    Au fil de mes recherches je trouvais un article du Dr Lefèvre traitant de ses resultats chirurgicaux sur cette pathologie ischio-jambier.
    Un témoignage d’un copain surfeur célèbre du pays basque, Peyo Lizarazu me confirma dans cette piste intéressante. Après avoir échangé avec lui, avec mon ami médecin, je décidais de contacter le Dr Lefevre.
    Il fut précis dans ses explications, rassurant sur le protocole médical, l’opération et la récupération. Le plus important pour moi fut la différence entre le taux de récupération avec (jusqu’à 80% de récupération de puissance) et sans opération (jusqu’à 60%). Il fut de même particulièrement compréhensif de ma situation d’expatrié sans prise en charge de mutuelle en France.
    C’était la première fois qu’un chirurgien me donnait des explications claires, précises, basées sur des exemples précis, nombreux, de réussites de ce protocole chirurgical et rééducation post-opératoire.
    Je me suis fait opéré par le Dr Lefèvre le 5 mars, un mois après l’accident. L’opération fut efficace. Après 2 mois de récupération et rééducation au centre de du CH de Libourne je reprenais la marche progressivement. Une récupération longue et douloureuse avec une atèle, au début en fauteuil roulant pour me déplacer le plus souvent.
    J’ai pu reprendre le sport 8 mois après l’accident, de façon très progressive : course à pieds dans le sable, pilates, yoga, et surf.
    Aujourd’hui 3 ans après l’accident je resurfe comme avant. J’ai besoin de m’étirer, m’échauffer beaucoup plus, ce qui est en fait une bonne prise de conscience, ayant passé les 50 ans.
    Je réitère ici ma gratitude à l’approche très professionnelle mais aussi humaine, à l’écoute, compréhensive et surtout empathique du Dr Lefèvre.

    1. Bonjour Marc Antoine,

      C’est avec beaucoup d’attention que j’ai lu votre message, J’ai également subi une intervention chirurgicale le 09 mars 2021 avec le docteur Lefèvre (le spécialiste..qui m’a aussi été conseillée) suite à une rupture complète de tendons au niveau des ischiojambiers.L’intervention s’est très bien passée. Aujourd’hui, je suis donc dans la phase de rééducation avec le kiné. J’espère pouvoir reprendre l’activité sportive dans quelques mois, notamment la course à pied. Vous m’avez confortée à l’idée de ne pas avoir de douleurs à la reprise de toute activité sportive.
      Merci pour ce témoignage réconfortant.
      N. DORCET

      1. Bonjour Monsieur Dorcet,
        Je suis fait opérer également d’une rupture des tendons de l ischio jambier par le docteur Lefevre le 9 Septembre après une mauvaise chute en ski nautique survenu le 17 Août.
        Actuellement, 2semaines après l l’operation qui s’estbien passé, je suis dans la phase de cicatrisation avec atelle et béquilles, cette phase est douloureuse et pas facile,je voulais savoir comment s’était passé la suite pour vous? Je suis également coureur à pied.

    2. Bonjour,
      J’ai aussi une rupture totale des tendons ischio jambiers. Actuellement à l hôpital ac impossibilité de marcher. J’essaie d avoir des avis, car dans le CHU où je suis ils veulent attendre.
      Est-ce que la Dr Lefèvre vous a conseillé qu’il est mieux de opérer? Quelles sont les contre-indications à opérer?
      Merci pour tout renseignement que vous pouvez me donner.
      Christine

  7. Bonjour,
    Est-ce que quelqu’un pourrait me dire à qui m’adresser pour pouvoir un jour re-marcher normalement.
    Je vous explique.
    Adepte de la CAP pendant 19 ans, de 2000 à 1019 et triathlon pendant 2 ans de 2017 à 2019 à un niveau quotidien et intense.
    J’ai aujourd’hui 50 ans
    Depuis mai 2019, après un commencement de programme pour faire le Marathon de Porto pour novembre, que j’ai fait et fini en catastrophe ma jambe droite à commencer à ce dérober sur le côté, voir elle ne revenait plus vers les fesses.
    Suite au Marathon j’ai arrêté tout sport pendant presque 2 mois et quand j’ai voulu reprendre catastrophe en courant voir même en marchant.
    depuis sa c’est même empire ma jambe ce fige comme un bout de bois.
    Je n’en peut plus, depuis 2 ans c’est médecin sur médecin, IRM sur IRM( Cuisse, dos, hanche tête, infiltration car 2 petites hernies L4 L5 et L1 L2rien fait, EMG, rien)
    Par contre pour la petite histoire, il faut savoir que 2 ans auparavant pour mon anniversaire en dansant vu que je vient de la étant jeune en faisant le grand écart, je me suis surement déchirer un muscle ischion jambier hématome énorme derrière la cuisse, au point de ne pas pouvoir m’asseoir sur la lunette des WC pendant au moins 1 mois arrêt total bien sur sur de tout sport pendant cette période et ceci 3 mois par la.
    Vu les problèmes actuelle en faisant mes fameux IRM on c’est rendu compte que j’avais une grosse calcification de 8 cm un niveau du muscle semi-membraneux.
    Est ce que cela pourrait être la conséquence de mes problème actuel?
    Car je vois que ma jambe reste tendu voir contracté
    Je suis de la région Maconnaise à 60 kms de Lyon.
    Je suis prêt à tout, car je n’en peut plus de ma situation actuelle.
    Je n’arrive même plus à marcher convenablement.

    1. Bonjour.
      Vous pourriez éventuellement consulter un chirurgien du sport spécialisé dans les lésions musculaires traumatiques.
      Comme vous êtes proche de Lyon, je vous proposerais éventuellement le centre orthopédique Santy et les docteurs Sonnery-Cottet et Thaunat.
      Cordialement.

      1. Bonsoir,
        Jai 24 ans et j’ai fais une rupture des 3 tendons des muscles ischio jambiers il y’a maintenant 2 semaines. Une opération a été réalisée il y’a une semaine qui s’est bien passée. Cependant, cette première semaine post opératoire a été difficile. Depuis un jour (donc 6J post op) je commence à ressentir des douleurs a type de décharge électrique au niveau de la fesse. Or, le chirurgien a dit que le nerf sciatique était intact bien qu’il l’ait trouvé contus lors de l’opération. Je voulais savoir si c’est douleurs (qui sont pesantes) sont le fruit de l’inflammation et donc sont normal ou faut il agir au plus vite ? De plus, j’aimerai savoir quand commencer ma rééducation! mon chirurgien conseille 45J d’immobilisation total dans un premier temps et puis commencer la rééducation , est ce la bonne conduite à tenir ou devrais je la debuter un peu plus tôt? De plus, j’ai des douleurs au niveau du genoux du à son extension ( je met une attelle réglable à 30 degrés ) est ce normal aussi?
        J’espère que vous pourrez un peu plus m’éclairer concernant cette blessure assez mystérieuse. Merci infiniment
        Bien à vous

        1. Bonjour.
          Je ne suis pas un spécialiste des suites chirurgicales. Néanmoins, je peux vous donner quelques conseils en rapport avec mon expérience. Cette douleur sciatique qui est apparu secondairement peut être simplement l’effet de l’inflammation post-opératoire et de la cicatrice. Cette douleur sciatique est à surveiller, il ne faut pas qu’elle dure trop mais elle devrait s’estomper avec l’inflammation post-opératoire.
          Concernant la rééducation, la réinsertion proximale des ischiojambiers et une chirurgie délicate. Il faut bien laisser la cicatrisation se faire, c’est la raison pour laquelle il ne faut pas faire d’efforts pendant au moins 45 jours.
          Vos douleurs du genou sont probablement dues à l’immobilisation.
          Vous allez certainement avoir une consultation post-opératoire et vous pourrez reposer toutes ces questions.
          Bon courage.
          Cordialement.

        2. Bonjour à vous,
          À 49 ans, j’ai fait un grand écart forcé le 15 août à ski nautique : les urgences m’ont diagnostiqué que je n’avais « pas grand chose et que ça partirait tout seul ». J’avais des douleurs horribles sous la fesse droite. Dans le doute, je suis allée consulter à la clinique du sport. Le médecin a tout de suite soupçonné une rupture haute et complète des ischio-jambiers. Ce qui a été confirmé par l’IRM.
          Je me suis fait opérer il y a 4 semaines par le docteur Nicolas Lefevre.
          Je suis encore en phase d’immobilisation de la cuisse. Au bout de quelques jours postopératoires, j’ai également ressenti des sensations de brûlure au niveau de ma cicatrice et comme des décharges électriques dans la cuisse. J’ai pris pas mal d’anti-inflammatoires et d’anti-douleurs pendant les 3 premières semaines, là je suis en train de diminuer progressivement les doses pour arrêter. Même si je ressens encore des sensations de tiraillements sous la fesse.
          Je commence la rééducation kiné dans 2 semaines.
          Je suis contente de m’être fait opérer car je pense que cela améliore mes chances de récupération. Néanmoins, ces suites opératoires en attendant de commencer la rééducation sont éprouvantes, un peu comme une traversée du désert où on est seul face à ses questions concernant cette pathologie rare de désinsertion des ischio-jambiers.
          Merci pour ce blog, ça fait du bien de lire vos témoignages. Je me sens moins isolée.
          Tina

      2. Bonjour, en décembre 2019 j’ai été opéré du LCA par DT 3+2 genou gauche. Aujourd’hui, il y a 15 jours, je me suis rompu le tendon conjoint avec 2,5 cm de rétractation. Mon médecin du sport m’a conseillé l’intervention l’opération (reinsertion du tendon conjoint)
        A savoir que j’ai 43 ans, que je pratique du sport quotidiennement et que je suis aide-soignante. Qu’en pensez-vous ? Aurais je des séquelles si je ne me fais pas opérer. Merci

        1. Bonjour.
          Les ruptures proximales des tendons ischio-jambiers sont des problèmes complexes. L’idéal est bien sûr la réinsertion pour obtenir des résultats dits anatomiques. Les suites peuvent être longues mais il est possible d’obtenir une récupération quasi complète comme on peut le voir chez des sportifs professionnels.
          Il est important de prendre en compte dans votre cas le degré d’amyotrophie en rapport peut-être avec votre prise de transplant qui peut conditionner le délai de récupération.
          Bon courage.
          Cordialement.

  8. J’ai aussi qqques douleur légère (petit craquement) au niveau du genoux (au dessus du niveau du plie) où il a pris la greffe du ST. À l’échographie il a dit que c’était fin mais pas déchirer! Des avis sur ça? Au niveau du diagnostique et de la récupération?
    Merci.

    1. Bonjour,
      la technique de prélèvement de greffe dite DI-DT (Droit interne- Demi tendineux) consiste à prélever une partie de ces tendons pour en faire un nouveau Ligament Croisé Antérieur. Cela devient aujourd’hui la technique de référence. Malheureusement, ce prélèvement fragilise le muscle et le tendon surtout du demi-tendineux. Des déchirures sont possibles en période post opératoire. Normalement, la cicatrisation va se faire avec le temps pouvant cependant laisser une petite fragilité (cela n’empêche pas les joueurs de football professionnel de poursuivre une carrière normale!).
      Il faut prendre patience et bien sûr il ne faut pas ressentir de douleur pendant les exercices de kinésithérapie.
      Cordialement.

  9. bonjour,

    je me suis dechiré le semi membraneux en decembre 2019, l’hematome c’est associé à un enorme kyste qui a été ponctionné.
    Dans la foulée est apparu, ce que les differents medecins que j’ai vu, un kyste poplité. Il a été ponctionné 3 fois avec recidive immediate.
    Le dernier medecin que j’ai vu, estime lui (enfin) qu’il ne s’agit pas d’un kyste poplité mais des séquelles de ma déchirure de décembre 2019. Je dois faire une IRM injectée le mois prochain (et eventuellement une biopsie 🙁 ).
    Auriez vous deja vu ce genre de complication dans le cadre d’une dechirure ?

    merci d’avance

    1. Bonjour, effectivement le muscle demi membraneux est localisé à peu près au même endroit qu’un éventuel kyste poplité même si le corps musculaire du demi membraneux est plutôt dans la cuisse alors que le kyste poplité est plutôt dans le genou et le mollet. Il me semble effectivement légitime de réaliser une I.R.M. qui aidera à affiner le diagnostic. Les séquelles kystiques des déchirures musculaires sont relativement fréquentes lorsqu’il y a eu une rétraction musculaire. La biopsie pourrait se justifier si la lésion était plutôt tissulaire que kystique (liquide) afin d’ éliminer une lésion d’une autre nature.
      Cordialement.

      1. Bonjour Yannick,

        Je me suis fait opérer du LCA le 2/12/2020 avec une greffe du semi tendineux.
        6 semaines après l’opération en séance de rééducation, on a étendu un clac lorsque je faisais le Diver en remontant (soulever de terre sur une jambe).
        J’ai fait une échographie 5 jours après: confirmation d’une rupture sur 3 cm de la jonction myotendineuse distale du semi tendineux. En distalité le tendon est continu.

        Je suis à 25 jours aujourd’hui.
        La première semaine j’ai pas fais grand chose car la douleur était assez forte. Ensuite au bout de 15 jours j’ai fait 2 fois par semaine des exercices en excentrique.

        Sur un skate, je pousse avec la jambe saine et retient avec la jambe blessée, avec les fesses relevé. Je ressentait la gêne mais pas vraiment de douleur.

        Ensuite aujourd’hui, à 25 jours j’ai refait un nouveau exercice. Avec une physio ball de 75 cm. Jambe plier au début et ensuite on pousse avec les hanches lever jusqu’à que se soit tendu et pose et on revient.

        J’ai senti un petit clac à l’intérieur à la dernière rep de la dernière série (3*15)…

        A presque 4 semaines est-ce que je c’est normal que ce soit encore si fragile?
        Est-ce que c’est la bonne manière de rééducation de faire des exercices comme ceux la quitte à avoir un peu mal (2 a 4/10) de douleur?

        Devrai-je faire un scanner?

      2. Bonsoir Yannick,
        J’ai vu que tu répondais à tous les commentaires et tu a l’air très connaisseur concernant ce sujet.
        Mon copain a fait une rupture total des ischio jambiers et vient de se faire opérer il y’a une semaine. Serait-il possible de vous contacter pour vous poser quelques questions ou dois je le faire directement ici ? Merci beaucoup!
        A très vite

        1. Bonjour Yasmina.
          Merci pour votre remarque. Il serait préférable pour ce blog que vous posiez vos questions par son biais ce qui pourrait permettre aux autres participants de profiter aussi de vos commentaires.
          Cordialement.

  10. Bonjour cela fait déjà 4 moi que j’ai arrêté de courir car desinsertion du tendon iso jambiers je n ai pratiquement plus de douleur quand pourrai je reprendre

    1. Bonjour,
      Une désinsertion proximale des ischio jambiers nécessite un arrêt prolongé pour essayer de cicatriser et de fibroser la zone de rétraction.
      Quatre mois semblent suffisants pour essayer une reprise progressive et prudente en évitant toute récidive douloureuse.
      Cordialement.

  11. Bonjour
    À 64 ans , en faisant un grand écart malencontreux sur un sol mouillé, je souffre d’ une désinsertion complète des 3 tendons des muscles ischio jambiers et rétractation du muscle de 10cm. Attente de 3 semaines , 1 échographie puis IRM pour arriver à ce diagnostic .
    Mon chirurgien m’a dit qu ‘il n’y avait rien à faire , vu mon âge. Les tendons seraient effilochés et on ne peut pas les raccrocher. Aux différents tests, je ne semble pas avoir perdu de force dans ma jambe gauche . Je réagis pareil aux 2 jambes. Je marche sans difficulté. Ma question est la suivante : que deviennent mes muscles qui se sont rétractés et qui ne sont plus tenus par les tendons ?
    Merci pour votre réponse

    1. Bonjour.
      Les désinsertions proximales des tendons ischio-jambiers sont assez fréquentes. Lorsque la rétraction est importante, effectivement, la chirurgie ne permet pas de remettre les tendons en place. Il se passe alors un phénomène de cicatrisation avec comblement fibreux de la zone de rétraction et un accolement latéral contre les aponévroses et structures musculaires adjacentes des tendons rétractés qui avec le temps devient solide.
      Cordialement.

  12. Bonjour,
    J’ai 19 ans, je fais de la gymnastique et l’autre jour, après échauffement, j’ai voulue faire le grand écart latéral. Et là ma jambe gauche (qui du coup se positionnais à l’arrière) à fait un gros « crack ». Jai du arrêter l’entrainement car ça me faisait mal… Je crois que c’est une élongation mais je ne suis pas sûre car je n’ai pas mal à la palpation, juste que je suis devenue très raide et ça me fait mal quand je m’étire.
    Combien de temps dois je attendre avant de reprendre la gym ? (Sachant que ça fait déjà 3 jours et je vais un peu mieu, mais je voudrais pas empirer le truc)
    Merci d’avance pour votre aide,

    Klywe

    1. Bonjour, pour pouvoir vous répondre d’une manière précise, si vous avez encore mal aujourd’hui, c’est de réaliser une échographie qui peut aider à préciser le temps de reprise du sport. Cordialement.

  13. Bonjour,
    J’ai 54 ans, très sportive. Surtout CAP, tennis, ski, crossfit, muscu etc.
    Le 12 juin, lors de fractionnés, douleur en bas de la fesse gauche. IRM 17 juillet (J’habite en Hollande…. tout dure très longtemps là-bas):
    – Désinsertion partielle demi-membraneux.
    – Oedème au niveau de la tubérosité ischiatique.
    – Pas de rétraction, continuité normale des tendons, jonctions, muscles.
    – Reste est normale.
    Après 6 semaines de kiné (8 semaines en tout), amélioration de la douleur dans les IJ. Par contre la douleur au niveau de la tubérosité ne s’améliore pas du tout. Je ne peux pas courir du tout même très lentement. J’ai contacté le cabinet Santy à Lyon (Connery-Sottet est il specialiste?) et le dr Lefevre a Paris. Malheureusement tous en vacances…
    En Hollande ils n’opèrent pas. A l’heure actuelle, tout sport impossible. Qu’en pensez-vous? Une rupture partielle s’opère t elle bien? Même après 3 mois?

    1. Bonjour Madame,
      Il s’agit probablement d’une forme de tendinopathie d’insertion des ischiojambiers post-traumatique. Dans notre expérience, le traitement est rarement chirurgical. Il faut pouvoir agir sur ce tendon et reformer une cicatrisation non douloureuse. En France, on utilise volontiers aujourd’hui des ondes de choc, des infiltrations péritendineuses de corticoïdes ou intratendineuses par PRP par exemple. Avec le temps, cette tendinopathie finit par s’estomper.
      Cordialement.

      1. Bonjour monsieur,
        je me permets de rebondir sur votre message car
        J’ai une tendinopathie d’insertion des ischiojambiers post-traumatique. Cela fait maintenant plus de 2 ans et demi que je souffre et je ne peux pas rester assis longtemps. La voiture est un calvaire.
        J’ai fait de nombreuses séances de Kiné mais on m’a indiqué que cela n’a fait qu’empirer la situation. sur le dernier IRM passé maintenant il y a 18 mois il montre une cicatrisation avec des amalgames ( graisse, fibre?)
        J’ai aussi souvent des douleurs dans cuisse la intérieur en allant vers le genou
        Le nerf sciatique passe très près de ces tendons et peut être irrité par la cicatrice tendineuse ou musculaire, ce qui peut donner des irradiations dans la fesse descendantes dans la cuisse (cuissalgies?, Sciatiques tronculaires?)
        Quel examen permet de confirmer cet hypothèse l’irritation du nerf et quel traitement ?
        Pour la chirurgie dans la publication princeps de purinen sur 59 patients opérés, 52 patients ont été soulagés avec disparition de la douleur en position assise : https://www.lamedecinedusport.com/dossiers/les-sciatiques-tronculaires/.
        Si l’option chirurgie est retenue quelle clinique et quel chirurgien recommandez vous ?
        j’ai vu que le Docteur Nicolas Lefevre était cité plusieurs fois ?
        un grand merci pour vos conseils.
        Très cordialement

        1. Bonjour,
          Vous parlez d’une tendinopathie d’insertion des ischio-jambiers mais ne s’agit-t-il pas plutôt de séquelles de désinsertion? En effet, une tendinopathie simple ne donne habituellement pas de cicatrice fibreuse pouvant être conflictuelle avec le nerf sciatique. Le diagnostic d’atteinte du tronc sciatique par cette lésion sera confirmé par l’IRM bien sur ainsi que par électromyographie (EMG) qui évaluera directement la qualité du nerf. Les chirurgiens spécialisé dans les pathologies musculaires du sportif ne sont pas très nombreux. Le Docteur Lefevre est réputé à Paris mais il en existe d’autres au Centre Orthopédique Santy à Lyon, à la Clinique Mérignac à Bordeaux et d’autres….
          Cordialement.

  14. Bonjour , fin 2019 en jouant au football sur une acceleration brutal j’ai eu une enorme douleurs aux ischio jambier , impossible de continuer a jouer . C’etait la premiere fois que je me blesse ainsi (j’ai 28 ans) j’ai eté voir un medecin qui ma simplement dit de me mettre au repos 1 mois , rien d’autre et je l’ai écouter aveuglement , sa a eté une grosse erreur puisqu’apres 1 mois la blessure a recidiver apres 20 minutes. J’ai pris un rdv pour un irm qui a pu ce faire qu’apres 1 mois d’attente et malgrer que je n’avais plus mal la conclusion écrite etait  » lésion de desinsertions musculo aponevrotique au tier moyen – tier superieur de la cuisse du long biceps femoral gauche  » suite à sa on ma dit que mon premier medecin a fais une grosse erreur de me dire seulement 1 mois de repos la premiere fois et qu’il aurai du au minimum m’envoyer faire une echographie , ils m’on dit également que ce genre de blessure c’est minimum 3 mois alors j’ai repatienté 3 mois et demi , sa fais quelques semaines que j’avais repris , aucune douleurs et tout ce passais bien sauf qu’aujourd’hui sa à encore recidiver sur une acceleration … Jai cette fois passer une echographie rapidement en urgence qui indique qu’il n’y a pas de dechirure , qu’on voit la cicatrice mais pas de dechirure mais qu’il y a une  » anomalie irreguliere des faisceau musculaires  » je ne sais pas ce qu’ils entendent par la , pensez vous que je puisse guerir un jour vraiment ? Si oui comment ? Quel conseils et quel diagnostic auriez vous a premiere vue avec mon histoire que je viens de vous racontez ? Je suis desesperer car 3 4 recidives en moins d »un ans je ne crois plus en une guerisons complète pour rejouer

    1. Bonjour.
      Vous semblez présenter une désinsertion myo aponévrotique sévère peut-être de stade 3 de la portion proximale des ischios jambiers. Ces lésions sévères peuvent laisser deux types de séquelles : d’une part une fibrose rétractile qui correspond à une zone plus fragile source de récidive possible et d’autre part un défect musculaire chronique avec une amyotrophie sous-jacente. Le fait que vous n’ayez plus de douleurs est un point positif. S’il existe véritablement une cicatrice rétractile qui est à l’origine de multiples récidives, il peut être possible dans certains cas de l’enlever par chirurgie. L’idéal serait de pouvoir faire un point précis de votre lésion par un spécialiste qui connaît bien ce type de séquelles.
      Cordialement.

  15. Bonjour, j’ai 55 ans, il y a un an lors d’une tentative d’accélération pour tenter de me rattraper lors d’une chute, j’ai eu une rupture totale des trois muscles ischio-jambiers confirmée par une IRM. J’ai vu trois chirurgiens qui ont tous décidé de ne pas m’opérer à cause de mon âge et de la complexité de l’intervention. Je marche normalement mais je ne peux plus courir même doucement. J’ai une insensibilité et un fourmillement du gros orteil. J’ai du mal à rester assis longtemps. Quelle évolution puis je espérer ? Merci pour votre réponse. Cordialement. Franck Merceron

    1. Bonjour..
      Les ruptures complètes proximales des ischio-jambiers sont des lésions sérieuses. Étant donné la rétraction et l’amyotrophie qu’elle engendre, des douleurs chroniques son classique. il peut exister parfois un effet compressif dû à la cicatrice au niveau du nerf sciatique qui passe à proximité.
      Cependant, avec le temps, avec une rééducation satisfaisante, les douleurs finissent par disparaître et la gêne fonctionnelle se réduit pouvant toutefois laisser quelques séquelles.
      Cordialement.

  16. Bonjour. J’ai 40 ans et je suis très sportive. Je pratique essentiellement la CAP et la natation. Après écho et IRM, on vient de me
    diagnostiquer une désinsertion presque complète du semi membraneux avec rétraction tendineuse sur 20 mm. A l’origine un claquage en jouant au HB en février. Mon médecin du sport a appellé 2 chirurgiens sur ST Étienne (où j’habite) et les 2 refusent d’opérer car pour eux c’est trop tard et risqué en raison de la proximité du nerf sciatique. J’aimerai quand même avoir un avis supplémentaire. J’ai l’impression que la seule solution pour récupérer la puissance musc de l’IJ c’est l’opération. J’ai lu également que des opérations même plusieurs mois après l’accident était possible… A qui m’adresser dans ma région??? Je suis désespérée !

    1. Bonjour.
      Si vous êtes sportive, gênée par cette désinsertion, il me semble légitime d’aller voir des médecins spécialisés dans ce type de pathologie. Je ne connais malheureusement personne sur Saint-Étienne, en revanche, à Lyon, au centre orthopédique Santy, je sais que les docteurs Sonnery-Cottet et Thaunat opèrent ce type d’atteinte.
      Cordialement.

      1. Bonjour, après avoir consulté deux fois le docteur Lefèvre à Paris en visio, je l’ai vu en « vrai » consultation hier. Il va m’opérer en novembre. Aujourd’hui ma jambe ne me fait pas particulièrement mal, je ressens simplement une gêne essentiellement en conduisant. Mon principal problème est la perte de puissance de mon IJ en course à pied. Je peux toujours courir mais plus aussi vite, aussi longtemps et avec autant de dénivelé qu’avant. Et à 41 ans, c’est très difficile de se dire qu’on ne courira plus de marathon ou qu’on ne fera plus de trail quand on est un une passionnée. Du coup, je vais me faire opérer en espérant que le résultat puisse me permettre de retrouver mes capacités antérieures…

        1. Bonjour Aurélie , Docteur Lefèvre chirurgien du sport m a également opérée en janvier 2014 apres une rupture totale des ischios jambier …5 ans apres mon grand écart forcé !!!! Complication car muscles soudés au nerf sciatique …avez vous été opérée ?

        2. Bonjour, je viens de lire votre post,je suis coach sportive,j’ai 51 ans, j’ai eu une desinsertion totale des ischios des 2 cuisses,je me suis faite opérer il y a 2 ans par le Dr lefevre à la clinique du sport ! Il est Top,déjà cicatrices invisible,et, j’ai repris toutes mes activités(courses,bootcamp, cycling, crossfit, Squatt, escalade) plus aucunes douleurs. J’espère qu’il a été tant, pour vous,de faire l’opération.

          1. Bonjour, comme dit précédemment, je me suis faite opérer par le docteur Lefèvre le 26 novembre 2020 par le docteur Lefèvre. Il a raccroché le tendon du semi-membraneux sur l’os de l’ischion. Tout s’est très bien passé je suis actuellement en plein rééducation (3 séance kiné par semaine) et j’espère pouvoir reprendre la course à pied bientôt très progressivement bien sûr ! J’ai quand même l’angoisse de forcer dessus et la peur que ça ne tienne pas… Te rappelles tu combien de temps après l’opération as tu recommencé à courir??

          2. Bonjour,
            Je voulais savoir si quelqu’un pouvait me dire combien de temps durent les adhérences après une opération d une desinsertion des tendons de l ischio jambier ?

      2. Bonjour Evelyne , moi aussi après une chute j ai fait un grand écart forcé , j ai eu une rupture totale des 3 tendons ischios jambier c’ était en 2008 . Au bout de 5 ans de souffrance , de sceances de kine……je ne pensais pas me faire opéré mais il y a eu un moment je souffrais tellement je ne pouvais plus tenir ni debout ni allongée ni assise …..apres un irm on m a découvert une calcification de 4 centimètres à mon ischions, il me piquait dans les chairs dans n importe quelle positions. À force de chercher sur internet en décembre 2013 je trouve un chirurgien à Paris médecine du sport spécialistes des iscios jambiers , il m a opéré en janvier 2014 ….mais au bout de 5 ans mes muscles s étaient soudés à mon nerf sciatique , il a fallu qu il coupe mes muscles qui avaient fini pas se rétractés et très fibreux , et grater le nefs sciatique pour séparer l ensemble des muscles et effectivement j avais bien une calcification de 4 cm !!!! ….bref 3 mois allongée sans bouger le temps que les hameçons accrochés aux muscles et à l ischions se soudent …que de mauvais souvenir , bref ça fait 7 ans aujourd’hui de cette opération , toujours mal , des sciatiques , lumbago ….genou foutu , kyste poplité, jambe en feu en permanence , douleur , souffrance …pour répondre à ta question les muscles décrochés vont se souder aux nerfs sciatiques
        Cordialement

  17. Bonjour.
    Le 9 Mars dernier lors d’un combat de judo jai subi un traumatisme en hyperflexion de la hanche gauche avec le genou gauche en hyperextention.
    Jai eu une vive douleur de la face postérieur de la cuisse puis une impotence fonctionnelle.
    Je passe une IRM 2 jours après.
    Il est indiqué ceci:
    Résultat
    Plage de contusion osseuse de la partie interne du plateau tibial.

    Plage de contusion osseuse de la partie antérieure du plateau tibial.

    Compartiment fémoro-patellaire :
    Rupture de la jonction tendineuse du muscle semi membraneux.
    Infiltration des parties molles.

    CONCLUSION:
    Rupture de la jonction myotendineuse du muscle semi membraneux.
    Intégrité méniscale et ligamentaire.

    Je prends RDV avec 2 spécialistes qui malheureusement annulent les consultations à cause de ce satané COVID19.

    L’un d’eux prend quand même le temps d’examiner mon IRM et voici sa reponse par mail:

    la rupture est haute et non chirurgicale

    rééduquez vous comme vous pouvez et on se verra apres la « crise covid »

    bon courage

    Il me dit que la rupture est haute alors que je ressens la douleur au niveau du genou.

    Il me dit également que cette rupture est non chirurgical.

    Apres 3 semaines je commence a remarcher mais il arrive que lorsque je m’appuie sur ma jambe blessé, mon genou se « plie » dans le mauvais sens. Cest douloureux et désagréable.

    Je suis un passionné de sport et je souhaiterais continuer à m’entraîner comme avant.

    Je suis bloqué chez moi sans réponse.
    Si quelqun pouvait m’éclairer ca me soulagerait.

    D’avance merci.

    1. Bonjour, les ruptures distales de la jonction myotendineuse du demi demi-membraneux sont rares. Ces ruptures donnent des douleurs postéro internes du genou. Un facteur important est le degré de rétraction du muscle. Quoi qu’il en soit, cette lésion est souvent longue à cicatriser, au-delà de deux mois. Un nouveau contrôle par I.R.M. d’ici deux mois pourrait permettre d’avoir une idée de la cicatrisation. Un facteur important est le degré de rétraction du muscle. Si vous êtes toujours symptomatique, avec douleurs ou impotence fonctionnelle, à deux mois, ce contrôle pourrait permettre d’envisager une éventuelle réinsertion chirurgicale possible même au stade tardif. Cordialement.

      1. Merci beaucoup pour cette réponse.
        Je me sens moins seul face à ce problème.
        Le docteur me suggère de me rééduquer comme je peux sans me donner plus de détail.
        Nest il pas dans mon cas contre productif de forcer sur mes ischios?
        Ou faut il rééduquer mon genou et mon mollet qui il est vrai commencent à se raidir?
        Auriez-vous d autres conseils à me prodiguer?
        Merci pour votre temps.
        Cordialement.

  18. Bonjour,

    J’ai 47 ans et suite à un grand écart en surf le 15 octobre dernier, j’ai subi une désinsertion ischiatique partielle du tendon biceps fémoral gauche. Celle-ci a été confirmé par une IRM ce jour dont voici le résultat :

    Confirmation d’une désinsertion partielle au niveau de l’enthèse ischiatique des
    ischio-jambiers gauche, touchant notamment le tendon du biceps fémoral sans
    véritable rétraction tendineuse.
    Enthèse ischiatique contro-latérale intacte.
    Pas de coxopathie significative.
    Simple petite hernie de Pitt au niveau de la jonction cervico-céphalique fémorale
    gauche de 5 mm sans aucun argument en faveur d’une lésion osseuse focale suspecte.
    Quelques remaniements au niveau de la symphyse pubienne (habituels si terrain
    sportif).
    En conclusion:
    Désinsertion ischiatique partielle du tendon biceps fémoral gauche sans aucune
    rétraction tendineuse.

    Dans combien de temps puis-je espérer une cicatrisation complète ? Cela fait presque cinq mois et j’éprouve encore des douleurs qui m’obligent à pratiquer le sport au ralenti.
    Merci d’avance.

    Bonne soirée

    Cédric

    1. Bonjour, vous présentez très probablement une désinsertion partielle du tendon conjoint du biceps fémoral et du demi-tendineux. Ces lésions habituellement finissent par cicatriser avec des douleurs qui peuvent durer plus de six mois. Cordialement.

  19. Bonsoir,

    Après avoir commencé à ressentir des douleurs à l’arrière de la cuisse fin août 2019, j’ai fini par passer une IRM du rachis lombaire qui a écarté toute suspicion de sciatique.

    Mon médecin du sport a alors diagnostiqué une enthésopathie proximale des ischios-jambiers et prescrit des séances de kiné, qui, si elles m’ont soulagée dans un 1er temps, n’ont pas fait disparaître la douleur.

    Une nouvelle IRM des ischios-jambiers passée en décembre a, cette fois-ci, mis en évidence une hyper-inflammation des IJ ainsi qu’une rupture partielle du semi-membraneux (fissure sur environ 1,5 cm de hauteur) avec un oedème osseux de la tubérosité ischiatique.

    Début janvier 2020, j’ai reçu 3 injections de PRP espacées chacune d’une semaine, puis recommencé les séances de kiné avant une reprise progressive de la pratique sportive (vélo, rameur, elliptique…).
    Malheureusement, je ressens toujours une gêne importante, voire même une douleur. J’ai repris la course à pied il y a 2 jours, à raison de 20′ à rythme très lent, sur terrain plat.

    Mes questions sont les suivantes :
    – combien de temps faut-il pour que les injections de PRP fassent leur effet et que la fissure soit « comblée » ? Peuvent-elles s’avérer sans effet ?
    – la douleur va t’elle finir par s’estomper puis disparaître ? Provient-elle de la fissure ou de l’oedème osseux ou des 2 ?
    – enfin, y a t-il un risque de rupture totale du semi-membraneux ?

    Merci par avance pour votre avis,

    Bien à vous,

    1. Bonjour madame. L’injection de PRP dans les tendinopathies fissuraires dégénératives est devenue aujourd’hui classique. Même si les résultats dans les différentes études réalisées jusqu’à ce jour ne sont pas catégoriques sur l’efficacité de cette technique, il est classique d’attendre deux mois pour avoir une idée de son efficacité. Dans mon expérience, la régénération tendineuse est exceptionnelle.
      Les douleurs dues à cette tendinopathie chronique sont souvent longues à disparaître. Elles durent souvent plus de six mois. Étant donné la fragilisation due à la tendinopathie fissuraire, il existe un risque théorique de rupture.
      Cordialement.

  20. Bonjour,
    J’ai 44 ans et le 21 juillet 2019, Suite à un grand écart effectué peut-être sans trop d’échauffement, j’ai ressenti une vive douleur et entendu comme un pop au niveau de l’ischio jambier gauche.J’ai pu marcher avec difficulté et douleur . Pas d’apparition de bleu. Seulement après plus d’un mois de repos j’ai toujours mal et ne retrouve pas ma souplesse je m’inquiète.
    cordialement.
    Nadège gymnaste et yogi

    1. Bonjour.
      Vous pouvez avoir désinsérer les tendons ischio-jambiers. Il faudrait réaliser un examen IRM ou à la rigueur une échographie afin d’avoir une précision diagnostique et de pouvoir décider de la thérapeutique. En cas de désinsertion tendineuse, une chirurgie pourrait éventuellement se discuter.
      Cordialement.

    2. Bonjour Nadège,
      J’ai subi un événement similaire, grand écart, pas de bleu, marcher oui, mais plus d’extension possible restriction dans ma souplesse ex: Uttanasana jambe tendue impossible, …comme la physiothérapie n’a pas apporté la moindre amélioration, j’ai passé un IRM
      Diagnostique:
      Déchirure du tendon du biceps fémoral au niveau de l’ischion
      Opération prévue en novembre.
      Ma suggestion : consulter un centre orthopédique et demander un IRM.

  21. Bonjour

    Coureuse assidue, je souffre d une douleur chronique a l ischio jambier
    Une première IRM a diagnostiqué une legere desintertion partielle du biceps femorale gauche
    J ai fait 6 semaines de kine intensive. Les douleurs ont disparu et j ai presque retrouvé la meme mobilite et puissance dans la jambe gauche que la jambe droite
    J ai refait une IRM pour voir si la lesion avait disparu. Or ce second IRM a confirmé la desintertion partielle sans amélioration vs la première
    Comment se fait il qu il n y ait aucune amélioration alors que les douleurs ont disparu.
    Faut il envisager la chirurgie ou la kine suffira a terme pour soigner la lesion

    Cordialement

    1. Bonjour Madame.
      Désolé pour cette réponse tardive.
      Votre description de lésion est trop succincte. S’agit-il d’une désinsertion myo-aponévrotique (du muscle), ou du tendon biceps fémoral?
      Cordialement

  22. Bonjour,

    suite à un entraînement intensif de taekwondo au mois de juillet 2018 pendant lequel j’ai dû lever très haut la jambe, j’ai ressenti une compression forte à l’arrière de la cuisse. Malgré la douleur et l’apparition d’un hématome 2 jours après, j’ai poursuivi l’entraînement.

    Une échographie a été réalisé quelques semaine suivantes mais n’a rien révélé. Une IRM réalisée au mois de novembre a quant à elle mis au jour des « remaniements de tendinopathie marquée au niveau des tendons des ischio-jambiers gauches associant une hypertrophie tendineuse et des hypersignaux périphériques. »

    Depuis cet examen, une infiltration a été réalisée mais sans succès. La douleur persiste sur la partie externe du genou gauche, derrière le genou, le long de la cuisse et désormais dans le bas du dos et le pli de l’aine lorsque je me penche en avant.

    Cela fait désormais 9 mois qu’il n’y a eu aucune amélioration malgré l’arrêt total du sport… Je ne sais plus quoi faire, la douleur jouant sur le moral.

    Y aurait-il d’autres examens à faire ? Un autre diagnostique possible ?

    Merci pour votre réponse …

    1. Bonjour Monsieur,
      Vos symptômes actuels m’évoquent un problème de rachis lombaire avec peut-être une irritation du nerf sciatique. Votre résultat IRM ne semble pas prouver à lui tout seul une tendinopathie symptomatique des ischio-jambiers. Peut-être devriez vous vous rapprocher de votre médecin, votre rhumatologue par exemple, pour un examen clinique précis.
      Cordialement.

      1. Bonjour et merci pour votre réponse.

        J avais également fait faire un scanner lombaire qui a révélé un léger débord discal l5s1 pour lequel j ai été infiltré une fois mais également sans succès…

      2. Bonjour , alors moi j’ai 16 ans , je fais énormément de danse , classique , pointe , modern jazz , contemporaine et des danses de salon , à mon gala de danse , qui est une école de très haut niveau , à la fin d’une danse j’en pouvais plus et grand écart , claque , ça a peter … pendant deux semaines je ne pouvais plus marcher .. j’avais horriblement mal , dans la fesse toute la jambe gauche , et a l’entrejambe aussi .. j’ai passé pleins d’examens et j’ai l’os de la hanche déplacé et tout les ischio déchirés .. j’ai peur que les médecins et pas vu une désinsertion ou quelque chose .. c’était en juin , depuis septembre je fais du kiné , je vois des améliorations , je peux dormir comme je veux je marche plus sans boîter , j’ai toujours mal quand je reste deux assise sur une chaise dure .. la danse c’est ma vie et je sais pas quand je reprendrai .. et si je pourrai reprendre correctement …

  23. Bonjour
    J’ai 73 ans, en Novembre 2017, j’ai chuté à mon domicile, suite à une hospitalisation,mes soins ont étaient:
    -anti-inflammatoires et poche de glace.
    A ma sortie, les médecins m’ont bien dit que cela s’arrangerait avec le temps, alors que ce n’est pas le cas.
    Par la suite mon médecin traitant m’a prescrit une échographie de ma jambe et séance de kiné.
    Le diagnostique est:
    -Désinsertion complète haute du semi-membraneux (des ischio-jambiers). Il y a eu une persistance d’un hématome sous la fesse gauche (5cm dans l’axe cranio-caudal). Depuis les douleurs persistent et augmentent de jour en jour, jusqu’à là aucune prise en charge n’a était concluante et sont survenus des fourmillement dans cette jambe, suite à une IRM de la tête et de la colonne prescrit par un neurologue mais aucun lien possible avec les fourmillements…
    Que dois-je faire, et qui dois-je voir s’il vous plaît pour que cela cesse ?

    1. Bonjour Madame,
      Les désinsertions proximales des ischio-jambiers sont des problèmes sérieux qui peuvent laisser des séquelles : rétraction musculaire avec amyotrophie le plus souvent mais aussi fibrose qui peut dans certains cas englober le tronc du nerf sciatique et donner des troubles à type de dysesthésie (fourmillements par exemple). Etant donné, une rupture vieille de plus de deux ans, une intervention pour réinsérer le tendon n’est pas une pratique fréquente. Vous pouvez tout de même faire pratiquer une nouvelle IRM (plus précise que l’échographie dans ce cas) pour s’assurer que le sciatique n’est pas prisonnier d’une fibrose cicatricielle et que la collection hématique a fini par disparaître (si ce n’est pas le cas elle pourrait être ponctionnée).
      Cordialement.

  24. Il y a un mois j ai évité une chute d une marche contente de moi mais le soir en marchant coup de poignard sur le côté externe du genou et sensation de retraction il a fallu attendre plusieurs se ondes pour que tout se remette en place plusieurs jours ont passé pour que cette douleur revienne..consultation chez le généraliste qui diagnostic une déchirure du demi tendineux glace trois fois par jours je n ai pas mal assise debout en marchant allongée mais au bout de 6 semaines il m arrive encore pour une raison indéterminée d avoir une douleur moins vive mais sensation de rétraction qui me fige cela passe et je peux continuer ma route .ce médecin m à parlé de 8 semaines?

    1. Bonjour,
      Vous semblez évoquer une rupture distale du tendon demi-tendineux en arrière et sur le côté interne du genou. Cette rupture est rare en dehors d’une rupture dans un contexte de chirurgie du ligament croisé antérieur avec prise d’un greffon du demi-tendineux. Si cette rupture est complète, elle peut laisser des douleurs chroniques longtemps, souvent plus de six mois. Il peut exister une rétraction du tendon et une atrophie du muscle pouvant gêner parfois de manière chronique.
      Cordialement.

  25. Cela fait 6 mois que j’essaie de récupérer chez un kiné une desintertion haute du tendon conjoint biceps femoral et semi tendineux. Ma jambe fatigue très vite avec douleur dans la fesse et douleur en position assise sur plan dur. Je ne parle pas des douleurs la nuit et cette sensation continuelle de brûlures à l’arrière de la cuisse..les médecins me disent d’ être patiente je commence à désespérer.j’ai demandé l’avis de 2 chirurgiens la réponse était pas d’opération..j’ai 62 ans .que faire ?

    1. Bonjour Madame,
      Malheureusement, une désinsertion haute complète des ischio jambiers pose la question d’une réinsertion chirurgicale. Etant donné le caractère invasif de l’intervention chirurgicale, il est habituel de ne pas opérer les patients « non sportifs de haut niveau (!) ». Cela peut néanmoins laisser des douleurs résiduelles et une invalidité qui peut faire discuter la chirurgie m^me chez des sujets plus âgés. cette chirurgie nécessite un bon muscle non atrophié par la rupture du tendon et un chirurgien habitué à ce type de lésion.
      Cordialement.

  26. Bonjour,
    Il y’a deux mois, j’ai glissé à gym, grand écart violent et hématome important, première échographie montre une déchirure musculaire, séance de kiné, mais les douleurs persistent, . A la demande du kiné nouvelle échographie dont le résultat est : séquelle de réinsertion des oschio-jambiers à gauche avec un hématome résiduel au niveau de la jonction myo-tendineuse concernée, . J’ai toujours très mal de restée assise et douleurs dans le bassin, même couchée. J’ai 70 ans, mais toujours sportive, je désespère de ne plus pouvoir reprendre mes activités.
    Que me conseillez vous. Merci

    1. Bonjour,
      Vous avez probablement désinséré votre tendon proximal des ischio-jambiers (conjoint ou du demi-membraneux). Si le tendon est rétracté chez un sportif de haut niveau on pratiquera une réinsertion chirurgicale. Dans votre cas, avant de penser chirurgie, je pense qu’il faut se donner du temps, 6 mois environ, avec kinésithérapie et patience (activité physique modérée) pour voir si vous pouvez vous passer de chirurgie.
      Cordialement.

      1. Je ne comprends pas votre réponse je suis dans le même cas j’ai 73 ans une rupture totale des ischio jambiers depuis 3 semaines. J’ai un rendez vous (après beaucoup de difficultés en raison du mois d’août) à Lyon chez un chirurgien orthopédique . Pourquoi dites vous d’attendre 6mois ,ne risque t on pas une rétractation musculaire ce qui serait un frein à l’opération . Déjà qu’à notre âge les médecinS ne sont pas favorable à une opération, devons nous baisser les bras ?.

        1. Bonjour Madame,
          Dans l’absolu, une rupture totale des ischio-jambiers nécessite une chirurgie pour réinsérer les tendons. Néanmoins, Chez des sujets peu sportifs, Il peut être conseillé dans un premier temps de faire une rééducation, d’attendre environ six mois pour voir l’évolution. Certains patients peuvent reprendre une activité malgré la rétraction et la désinsertion.Vous avez raison de dire que plus on attend, plus le muscle s’atrophie et plus la chirurgie est difficile. Ce sujet est donc un problème parfois difficile à régler.
          Cordialement.

  27. Bonjour,

    Suite à un grand écart forcé il y a 5 jours, j’ai entendu un bruit de craquement au niveau du ⅓ supérieur de mes ischios. Je suis allé chez un médecin du sport hier « Défaut musculaire important à la palpation, rupture s ou complète DM/DT? ».
    J’ai une échographie ce lundi, je suis très inquiet de devoir être opéré ….

  28. Bonjour,

    J’ai 39 ans et lors d’un match de foot, il y a 4 semaines, j’ai fait une rupture complète du tendon bicipital distal juste sous la jonction myotendineuse distale avec diastasis tendineux de 20mm. Je suis allé aux urgences le jour meme mais malheureusement les internes n’ont pas vu la rupture constatant une déchirure musculaire. J’ai pris rdv avec un médecin du sport après 3 semaines et et ďeux jours plus tard j’ai passé l’IRM avec le constat plus haut. Après consultation avec le chirurgien le médecin me dit que c’est trop tard pour opérer et qu’il n’y a plus rien à faire. Je suis sous le choc et totalement anéanti. Je cherche une solution et je veux croire qu’il y en a une. Je ne sais pas où aller sachant que c’est une course contre la montre.
    Si quelqu’un a des conseils à me donner, médecin, spécialiste, technique d’opération, greffe ou autre solution je vois serai très reconnaissant. Je ne dors plus depuis 10 jours, je suis terrifié à l’idée qu’il n’ait plus de solution.
    Merci à tous.
    Edmond

    1. Bonjour,
      S’il s’agit bien d’une rupture totale et distale du tendon du muscle biceps fémoral, une réparation chirurgicale chez un patient sportif est souhaitable. Si la rétraction n’est pas trop importante (20 mm c’est limite dans votre cas), cette réparation peut être tentée même en chronique par des chirurgiens spécialisés en pathologie musculaire.
      Cordialement.

  29. Bonjour,

    Finalement, je me suis fait opéré à la clinique du sport à Paris par le Dr. Nicolas LEFEVRE qui est très humain et compétent. Les frais ont été pris en charge par ma mutuelle mis à part pour les dépassements d’honoraires. Cela fait 9 mois que je me suis fait opéré, je récupére doucement mais je récupére.

  30. Bonjour
    Suite à une chute le verdict vient de tomber rupture totale des 3 muscles composants les ischios. Juste a l’insertion osseuse j’ai 48 ans fini la compet mais je souhaite continuer a me faire plaisir à vélo. L orthopédiste consultait ce jour ne préconise pas d opération mais en lisant ce forum je pense sue c préférable … A ce stade après 10 jours l’hématome se résorbe mais une douleur de sciatique m’empêche de m’asseoir et de dormir
    Que me conseillée vous je suis de la Domme dans les hauts de France
    Merci

    1. Bonjour,
      Effectivement, une avulsion complète des ischio jambiers est une indication théorique de réparation chirurgicale. Tout dépend cependant de votre activité et de votre désir de poursuivre du sport de manière soutenue. Malheureusement, je ne connais pas de chirurgien spécialisé dans votre région, vous pouvez éventuellement consulter sur Paris le Dr LEFEVRE comme l’ont fait apparemment avec satisfaction d’autres internautes.
      Bonne chance.
      Cordialement.

  31. Bonjour,
    J’ai 42 ans et suite à une douleur très forte derrière la cuisse durant un match de foot, j’ai conclu à une déchirure.
    J’ai arrêté le sport durant 4 semaines puis repris la course au fur et à mesure.
    2 semaines après j’ai repris le foot et j’ai ressenti une douleur vive au même endroit.
    J’ai donc décidé de consulter et voici la conclusion de l’échographie « désinsertion myotendineuse du muscle biceps fémoral avec petit hématome liquéfié ».
    Le radiologue me conseille de me reposer encore un peu car la lésion n’est pas tout à fait cicatriser apparemment.
    Pourriez vous svp me conseiller combien de temps je dois arrêter le sport et quand démarrer la kinésithérapie.
    Y a t il un traitement à faire pour récupérer plus rapidement ?
    Merci par avance.

    1. Bonjour.
      Vous semblez présenter une désinsertion myo-aponévrotique sévère du muscle biceps fémoral avec une probable rétraction musculaire comblée par un hématome. La cicatrisation de ces lésions peut être longue, parfois au-delà de 3 mois. Le traitement est basé sur la kinésithérapie. Il est important de connaître la nature du tendon proximal afin d’éliminer une éventuelle indication chirurgicale.
      Cordialement.

      1. Merci pour votre réponse.
        Ci-dessous le résultat exact de l’écho :
        – présence au niveau de la jonction myotendineuse du muscle biceps fémoral d’une petite collection anéchogène de 4.8 mm de diamètre étendue sur environ 20 mm
        – aspect normal du tendon conjoint des ischio-jambiers jusqu’au niveau de son enthèse ischiatique
        – absence d’autre anomalie musculaire décelable
        – absence de lésion tissulaire circonscrite
        On m’a expliqué que je devais faire des séances d’ultra son chez le kiné est ce le traitement approprié ? dois je également réaliser de séances de muscu avec le kiné ?
        Merci de votre retour

        1. Bonjour,
          La kiné dans votre cas permet de redonner de la souplesse au muscle et « d’attendrir la cicatrice ». La kiné avec renforcement musculaire fait partie du protocole kiné classique.
          Cordialement.

  32. Suite â une chute en mai dernier j ai une désinsertion des muscles sémi tendineux et membraneux le biceps garde sa continuité mais impossible faire des balades sans souffrir ,j ai 70 ans que me conseillez vous ,merci

    1. Bonjour,
      Si vous continuez à souffrir plus de 6 mois après votre accident, il peut être intéressant de faire le point par IRM plutôt que par échographie de l’état de vos muscles et d’une éventuelle complication (cicatrice fibreuse, noyau de moignon, collection enkystée) qui pourrait être traitée spécifiquement.
      Cordialement.

  33. Je suis à la recherche désespérée d’un avis médical sérieux de la part d’un spécialiste.

    Je m’appelle Antoine, je suis un lyonnais de 38 ans et suis en voyage autour du monde jusqu’en mars 2018.

    Lors de mon 1er jour à Tahiti, dimanche 1er octobre, j’ai fait une mauvaise réception de saut en kitesurf, j’avais une vitesse descendante élevée quand, au moment de retoucher l’eau, mon pied droit a quitté la planche et le pied gauche est resté dessus, ce m’a fait faire un grand écart et j’ai senti les muscles à l’arrière de ma jambe gauche craquer.

    Mardi 3 octobre, j’ai passé un IRM dont je vous joins plus bas les fichiers images ainsi que le compte-rendu. En résumé : aspect de désinsertion proximale du tendon conjoint et du semi-tendineux avec rétraction de 5,5cm + Rupture quasi complète du tendon du semi-membraneux.

    Jeudi 5 octobre, j’ai obtenu un rdv avec le chirurgien orthopédiste Dr DJENADI, de l’hôpital de Papeete dont voici le compte rendu. Il ne préconise pas d’opération.

    Mardi 10 octobre, j’ai obtenu un rdv avec un autre chirurgien orthopédiste Dr EVENAT, il préconise plutôt une opération.

    Toutes les pièces jointes sont récupérables via ce lien WeTransfert : https://we.tl/vnZoWgStse

    La poursuite de mon voyage est normalement prévue pour le 1er novembre prochain au départ de Tahiti.

    LE PLUS IMPORTANT POUR MOI est de choisir la solution qui me permettra d’avoir le plus de chances de retrouver toutes mes facultés musculaires car je suis très sportif (ultra-trails, sports de glisse, tennis,…). J’ai cru comprendre également qu’il y avait une urgence car si jamais c’était la solution de l’opération que je devais retenir, il y avait un délai à ne pas dépasser à compter du jour de la rupture de ces tendons…

    J’ai notamment 2 questions essentielles :
    – quelles conséquences fonctionnelles si je ne me fais pas opérer ?
    – quel niveau d’efficacité de l’opération et quels risques ?

    Je vous remercie infiniment pour votre éclairage
    Bien à vous

    1. Bonjour,
      Une rupture complète proximale du tendon conjoint et du demi membraneux doit faire discuter une chirurgie chez un sujet jeune et sportif.
      Avec les nouvelles techniques d’ancrage, les résultats sont le pus souvent bons comme on peut le voir chez de nombreux footballeurs professionnels aujourd’hui.
      Les complications possibles sont celles inhérentes à toute chirurgie (infection, hémorragie…). Une lésion du nerf sciatique qui est au contact des tendons est une éventualité exceptionnelle peu probable chez un chirurgien habitué.
      Cordialement.

    2. URGENCE !!
      Même topo que vous et même conditions de lésions pour ma part , j’ai été opéré à Paris finalement par le meilleur en la matière, le Dr LEFEVRE.
      Aucune hésitation , opération obligatoire ! et rapidement, j’ai été opéré sous 3 mois et demi et j’en porte les séquelles à vie MAIS, je refais tous les sports que j’aime : jogging, surf, kite, foil, standup… et ce 4x/semaine ! j’ai une faiblesse car j’avais 10cm de rétractation tendineuse et opéré tardivement, mais quel bonheur de pouvoir continuer mes disciplines…que dis je …mes passions ! Mes 3 tendons été rompus ou presque , et l’avant et après opération est sans équivoque…sans opération , cela va droit au carnage par la suite, douleur, perte énorme de puissance, difficulté à marcher normalement, mal en position assise, nerf sciatique douloureux avec les tendons qui se collent dessus etc …. Aller sur Paris, clinique du sport , et allez voir Dr LEVEFRE Nicolas. Bon courage !

  34. Rebonjour,

    J’ai pris contact avec la clinique Nollet avec le secrétariat du docteur Lefevre . Après m’être renseigné je me suis rendu compte qu’ils étaient non-conventionnés et que tout les frais seront à ma charge…Avec 4 enfants et gagnant 740 euros par mois il faut absolument que je trouve quelqu’un d’autre conventionné qui puisse m’opérer. Merci de m’aider car je suis au bout du rouleau, j’ai tout le temps mal et ça me bloque au niveau professionnel et personnel. Merci d’avance.

    1. Bonjour,
      Malheureusement, je ne peux pas vous aider si ce n’est de vous conseiller peut-être une consultation avec un chirurgien orthopédique dans un hôpital public afin d’y trouver un spécialiste du muscle ce qui est malheureusement assez rare.
      Cordialement.

  35. Excusez-moi je viens de comprendre (je suis un peu blond lol) que c’est vous l’auteur de ce site et que vous êtes très calé sur le sujet. Vous n’êtes pas chirurgien par hasard ?

    En tout cas merci pour ce que vous faîtes.

  36. Merci beaucoup Yannick ça me redonne de l’espoir. Avez-vous eu le même souci ? Si c’est le cas comment avez-vous résolu le problème ?

    J’attends des nouvelles des chirurgiens de Paris par le biais des chirurgiens de Pau que j’ai rencontrés récemment et qui doivent les contacter. Et si ça n’avance pas je prendrai contact par moi-même jusqu’à trouver quelqu’un qui puisse m’opérer.

    Je sais qu’il faut relativiser et que ce n’est pas grave mais c’est pénible d’avoir mal et de se dire qu’on ne va plus pouvoir remarcher normalement et encore moins faire de sport, ni de travail physique….

    Merci beaucoup d’avoir répondu Yannick et si vous avez des infos intéressantes n’hésitez pas. J’ai besoin de sortir de cette galère.

  37. bonjour je vous conseille de prendre RV avec le docteur Lefèvre a la clinique Paris v a Paris il en as fais sa spécialités il faut absolument opérer moi je me suis fais une rupture complète des tendons de l’ishio jambiers aucun chirurgien ne voulait opérer il me disait que c’est rien avec de la rééducation se serait guéri ce qui est faux j’et ete consulter le docteur Lefèvre cest une pathologie rare mais très grave ne rester pas comme sa sinon vs allez souffrir toutes votre vie

    1. idem…J ai été opéré par le Dr LEFEVRE, rupture complète et personne ne voulait m opérer…
      7 mois après l opération , j ai repris intégralement toutes mes activités sportives…et J ai été opéré pourtant à 3mois 1/2 avec 10cm de rétractation tendineuse
      après mon accident.
      Sans hésitation, je refairais de même…rester dans la « nature » avec une rupture haute est une hérésie..Merci au Dr LEFEVRE.

  38. Bonjour,
    Je suis un peu à court d’avis sur ma situation qui est la suivante.
    Suite à un accident de surf fin septembre 2015 (élongation/grand écart de la jambe vers l’avant) j’ai subi une déchirure des muscles arrière de la cuisse gauche ischio-jambiers. Marche et mouvements devenus quasi impossibles, jambe tendue uniquement.
    Suite à l’écho exécutée 2 jours après l’accident, le diagnostic est: vraisemblable rupture complète du tendon conjoint du biceps fémoral et du semi-tedineux associée à une probable désinsertion myo-aponévrotique des 2 tiers supérieurs du semi-tendineux.
    4 jours après, un IRM à été réalisé avec le diagnostic suivant:
    rupture du tendon commun biceps fémoral/semi-tendineux avec 19mm d’espace et déchirure du demi-membraneux + les divers hématomes intra-musculaires, nerf sciatique intact.
    Avis des médecins: revalidation de +/- 6 mois, pas d’opération suite au risque dû à proximité du nerf sciatique et de mon age (55 ans) malgré mon état ‘sportif’.
    Nouvelle écho de contrôle 6 semaines plus tard: confirmation de rupture proximale du semi-tendineux/biceps fémoral avec hémathome de 130x50mm, structure hétérogène des fibres de la zone (évidement au niveau de la lésion) et réaction inflamatoire.
    Voila, aujourd’hui cela fait 11 semaines, je fais 2 à 3 semaines de rééducation (principalement des massages musculaires) et fais petit à petit des exercices sous suivi (home trainer, flexions,…). Le kiné de sport qui me traite n’a jamais vu de blessure aux ischio-jambiers aussi grave.
    Le problème est que quand je marche, la douleur apparaît après 300-400m… je n’ai pas l’impression de récupérer beaucoup et que la position assise est toujours douloureuse.
    Est-ce normal de ne pas avoir opéré (suite conseil de 2 orthopédistes…) ?
    Je suis à votre écoute pour un soutien spécialisé complementaire.
    Eric

    1. Bonjour,
      La désinsertion tendineuse proximale du tendon conjoint des ischio jambiers est un problème sérieux d’autant plus que le tendon est rétracté. Il risque de persister des douleurs avec perte de force et amyotrophie. Chez les patients de haut niveau sportif, la chirurgie est globalement acceptée (réinsertion du tendon). Il s’agit d’une chirurgie délicate, peu de chirurgiens en France opèrent ce genre de lésion en routine. Après deux mois de douleurs persistantes dans votre cas, avec une activité sportive soutenue, quelque soit votre âge, je pense qu’il est licite de demander un nouvel avis chirurgical à un spécialiste de ce type de lésion.
      Cordialement.

      1. Merci pour votre conseil, je prends rendez-vous auprès d’un autre spécialiste. Mais n’est-ce pas trop tard pour opérer (3 à 4 mois après accident) ?
        Eric

        1. Bonjour Éric , je me suis faite opérée 5ans apres mon grand écart forcé ….le problème ç est que les muscles se ressoudent la ou ils peuvent , donc au nerf sciatique …
          Cordialement

    2. qu’en est ‘il Eric ? J’avais eu le même diagnostique que vous il y a 3 mois, et finalement après 5 rdv chir ortho, un seul a voulu m’opérer et surtout le jugeait essentiel !!! Donc, opération effectuée il y a 10j avec une rétractation de 9cm pour l’ensemble des tendons , et plus qu »à attendre la rééducation.
      Pourtant j’avais bien progressé et ce même avec 3 tendons rompus, mais au final et avec le temps, j’allais droit à la cata je pense …

    3. Bonjour,

      J’ai le même souci que vous, en surf également grand écart ça fait un an et demi (octobre 2015) que j’en bave (douleurs fesses et jambe)et que je n’arrive pas à recourir, ni retrouver de la force dans la jambe gauche malgrés tout les efforts que je fais. On m’a dit il y a un an et demi qu’il ne fallait pas opérer. J’ai vu récemment deux chirurgiens qui me disent qu’ils peuvent m’opérer mais que ça servira uniquement à ne plus souffrir mais que je ne retrouverai pas l’usage normal de ma jambe, car ils ne s’aventurent pas à « rattacher » les ischios. Ils doivent contacter des chirurgiens sur Paris. Avez-vous réussi à trouver une solution car je suis au fond du sceau, j’ai 43 ans, fan de sport et la frustration est énorme comme vous le savez…je n’arrive même pas à faire 5 mètres en courant comme un papi sans devoir m’arrêter à cause de la douleur. Merci d’avance.

      Fred surfeur sur Bidart

      1. Bonjour,
        Une réinsertion des ischio-jambiers est possible même en chronique aujourd’hui.
        De Bidart, vous pouvez peut-être vous rapprochez de la Clinique du Sport à Mérignac près de Bordeaux.
        Cordialement.

Répondre à Maella Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.