Les « déchirures » des muscles du mollet.

Les pathologies musculaires les plus fréquentes au niveau du mollet sont le tennis leg et les désinsertions myoaponévrotiques du soléaire.

  1. Le « tennis leg ».

Le tennis leg est une atteinte traumatique aiguë fréquente du jumeau interne (gastrocnémien médial). Cette lésion concerne typiquement le sportif vétéran ayant réalisé une contraction « à froid » de son triceps sural (jumeaux et soléaire). Le muscle jumeau interne, bi articulaire (ponte l’articulation du genou et de la cheville par le tendon d’Achille)), va se contracter plus fortement que le soléaire, mono articulaire (ne ponte que l’articulation de la cheville), ce qui va décoller son aponévrose de celle du soléaire normalement adhérente.

Ce décollement se produit dans une zone plus fragile qui est le site de passage du tendon plantaire grêle. Un hématome va alors s’interposer et se kystiser entre les deux muscles.

anatomie du triceps sural

Pour cette raison, l’évolution d’un « tennis leg » est plus longue qu’une atteinte musculaire habituelle.

tennisleg2

tennisleg3

Dans certains cas rares, le décollement peut se compliquer d’événements associés :

  • désinsertion myo-aponévrotique (atteinte des fibres musculaires) du jumeau ou du soléaire.
  • atteinte de l’aponévrose superficielle du soléaire et du tendon calcanéen (Achille) sous jacent.
  • atteinte du tendon plantaire grêle.

tennisRupture du tendon plantaire grêle associée à un « tennis leg » :

calAtteinte de l’aponévrose entre jumeau interne et soléaire.

2. La désinsertion myo aponévrotique du soléaire.

Les lésions du soléaire sont parfois difficiles à visualiser en échographie. L’IRM permet alors de les repérer. On distingue les DMA périphériques et les DMA centrales.

Les désinsertions myoaponévrotiques périphériques.

soleaire

Les désinsertions myoaponévrotiques centrales.

sol1

sol2

solFootballeuse professionnelle de 21 ans. IRM. Désinsertion de l’aponévrose postérieure sur l’insertion fibulaire de stade 2 du soléaire. Reprise à 6 semaines.

161 réflexions sur “Les « déchirures » des muscles du mollet.”

  1. Bonjour,

    Il y a maintenant 12 jours que j’ai senti un gros claquement au mollet droit pendant une compétition, une vieille blessure d’environ 20 ans en arrière qui me gênai de temps en temps mais sans gravité et la boum c’est le claquage !
    Une douleur vive et impossibilité de marché durant 3/4 jours sans béquilles, le médecin ma conseillé de retirer les béquilles pour éviter le complication, je peux marcher doucement mais en boitant.
    J’ai fait une échographie 6 jours après mon claquage qui me précise:

    ECHOGRAPHIE DES PARTIES MOLLES DU MOLLET DROIT :
    Petite zone de désinsertion myotendineuse s’étendant sur environ 2 cm en projection du
    gastrocnémien médial avec petit hématome en regard.
    Pas d’anomalie de l’insertion myotendineuse du tendon d’Achille qui apparaît de structure
    fibrillaire et régulière.
    Le reste des structures musculaires constituant le mollet est régulière sans rupture.
    CONCLUSION :
    Petite zone de désinsertion myotendineuse du muscle gastrocnémien médial s’étendant
    sur environ 2 cm avec petite lame d’hématome en rapport.

    Mis à part le repos, y a t’il un remède pour accélérer la guérison ?
    Pourriez vous me préciser le délais avant reprise de la compétition svp ?
    Est ce que je dois faire de la kiné ? ou simplement du repos durant quelques semaines ?
    Le médecin ma conseiller de porter des bas de contention, pourquoi ? Pour éviter la phlébite uniquement ? ou facilité la cicatrisation ?

    Merci d’avance pour votre retour.

    1. Bonjour.
      Vous semblez présenter un tennis leg de moyenne sévérité.
      Le traitement est principalement l’abstention de tout sport qui est à l’origine de douleurs pour votre mollet.
      La cicatrisation peut être assez longue jusqu’à trois mois environ dans votre cas.
      La kinésithérapie peut éventuellement vous aider.
      Cordialement.

  2. Bonjour,
    Le 17/10/023 première écho.
    J’ai une desinsertion myo aponevrotique.
    Integrité du soleaire, respect du gastro latéral.
    Image hypoechogene de 19mm.
    Fine lame liquidienne inter aponevrotique hematique de 23 mm.
    je fais de la kiné 3 fois par semaine.
    mais j’ai encore beaucoup de douleur, sur la pointe des pieds, et à la contraction du mollet…
    Mon echographie du mois du 04/12/2023
    montre une image hypogene de 5 mm et un épanchement liquidienne aponevrotique de 10 mm.
    Cela correspond il à un tennis leg ?
    Je suis toujours en arret travail, je travaille debout, je marche beaucoup et je porte des charges…
    j ai un irm prévu fin janvier?
    Je commence à désespérer un peu…
    Que puisse faire pour accélérer la guérison, du vélo, des bas de contention, encore du froid…
    Merci de votre aide précieuse.

    1. Bonjour.
      Si votre douleur est effectivement sur le bord interne du mollet, l’examen semble bien être en rapport avec un tennis leg.
      Cette lésion bénigne met du temps a cicatriser parfois 3 à 6 mois.
      Le traitement principal est l’absence de toute activité augmentant les douleurs. Faites vous conseiller par votre médecin du sport.
      Cordialement.

  3. Bonjour,
    Il y a 1 an et 1/2 j’ai eu une déchirure au mollet.

    Résultat :
    A droite, au niveau du fascia entre le jumeau interne et le soléaire, il existe un épaississement
    d’échostructure échogène qui mesure : – 27mm de hauteur,
    – 5mm de largeur,
    -3.8 mm d’épaisseur.
    Cet aspect correspond à l’organisation fibreuse du facial à la face profonde du jumeau interne.
    Il n’y a pas de perturbation de l’échostructure musculaire et pas de formation d’hématome
    Le soléaire a une échostructure normale.
    Le jumeau externe est normal.
    Par comparaison à gauche, l’aspect est régulier.
    Le fascia entre le jumeau interne et le soléaire n’est pas épaissi.
    Conclusion :
    Aspect d’épaississement du fascia intermédiaire droit correspondant à une organisation après
    distension, pas d’hématome.

    1 an et demi plus tard en recourant j’ai ressenti une gêne (sans douleur vive mais 48h après) de nouveau au mollet :
    (j’ai ressenti la douleur début juin, j’ai stoppé jusqu’à début juillet et j’ai fait l’echographie début aout (2 mois après la gêne)

    Résultat :
    Plage cicatricielle relativement étendue intéressant la jonction myo-aponévrotique profonde du muscle gastrocnémien médial à sa jonction avec le muscle soléaire, cette cicatrice s’étendant sur 42 mm dans le plan transversal et 25 mm dans le plan longitudinal. Il s’y associe des discrètes zones de désorganisation de l’architecture au niveau de cette jonction. Épaississement cicatriciel modéré des aponévroses à la jonction interaponévrotique gastrocnémien médial et le soléaire.
    Pas de collection intramusculaire ou interaponévrotique. Pas de vascularisation significative décelée à l’étude Doppler.
    Pas d’anomalie significative par ailleurs.

    Conclusion:

    Plage cicatricielle relativement étendue à la jonction myo-aponévrotique périphérique profonde du muscle gastrocnémien médial, associée à une discrète désorganisation de l’architecture à ce niveau, sans vascularisation significative à l’étude Doppler. Epaississement aponevrotique cicatriciel dans l’espace interaponévrotique.

    Comment expliquer que je suis passé de 5 mm à 42 mm (si je comprends bien) ?
    Est ce normal ? (je veux dire est ce la suite « logique » de la première blessure ?)
    Qu’en passez vous ? Qu est ce que je dois faire ? Merci par avance pour vos conseils

    1. Bonjour.
      Vous semblez décrire une cicatrice d’un tennis leg c’est-à-dire un décollement du muscle jumeau interne de son aponévrose commune avec le soléaire.
      La première échographie est probablement à un stade cicatriciel.
      La 2e échographie correspond à une très probable récidive sur cette cicatrice.
      Cordialement.

  4. Bonjour,
    je suis tombé sur cette page pendant ma quête d’explication à mes douleurs chroniques.
    J’ai été sportif de haut niveau et ai pratiqué beaucoup de sport dans mes jeunes années. Athlétisme (lancer de disque, saut en hauteur, musculation), et beaucoup de basket. Je conçois que mon corps est soumis à de fortes contraintes physique, mesurant près de 2m pour plus de 110kg.
    Je souffre de douleur au mollet depuis plusieurs années (depuis plus 10 ans, j’ai 37 ans aujourd’hui).
    A l’époque on m’avait envoyé vers un angiologue, comme j’ai des varices très prononcées depuis assez jeune et il en était ressorti que mon réseau vasculaire profond ne présentait pas de soucis particulier. Mais ça a été très épisodique et après repos je n’ai pas eu de soucis immédiatement.
    J’ai stoppé quasiment tout sport pendant environ 3 ans (suite à des changements de vie, pas à cause de blessures) avant de reprendre le basket à mes 32 ans. Je n’ai pas eu de problème dans un premier temps, et un jour lors d’un match j’ai senti une douleur extrêmement vive dans le mollet (dans le soléaire, plus bas que les jumeaux). Je sentais une gène au mollet avant cette douleur vive. Et immédiatement impossible de courir. S’en suit une longue série de repos, retour au sport et de retour systématique de la blessure (d’abord une gène avant que la douleur vive ne revienne, m’obligeant à stopper complètement).
    Je suis allé faire une échographie dont voici le compte rendu :
    On retrouve une cicatrice d’accident musculaire récent du versant médial et distal du muscle soléaire. Cette cicatrice prend la forme d’une plage hypoéchogène sous-aponévrotique étendue sur 25 mm en hauteur avec une épaisseur moyenne de 10 mm. Cette lésion correspond au comblement cicatriciel d’une déchirure musculo-aponévrotique périphérique focalisée au versant médial du soléaire. Pas d’ossification intramusculaire. Aspect normal des muscles gastrocnémiens et de la jonction myotendineuse.

    A force de me reposer pendant des périodes plus ou moins longues (je me suis reposé 6 mois environ), à la reprise, j’ai rapidement senti une gène, en dosant mes efforts, j’ai réussi à retarder l’inévitable, je me suis fait mal à nouveau de la même manière.
    Suite à ça j’ai complètement stoppé le sport.
    Plus d’un an après, j’ai voulu jouer au basket, au fur et à mesure de la séance, j’ai senti la gène revenir et s’amplifier, j’ai arrêter la séance avant la douleur vive.

    Quel est votre avis sur mon cas ? Je sais que je ne suis plus de toute première fraicheur, mais j’ai quand même du mal à me dire que je ne dois plus faire de sport, la frustration est immense…

    Merci d’avance.

    1. Bonjour.
      Vous semblez présenter des séquelles d’un tennis leg (désinsertion distale du gastrocnémien médial). Cette lésion, s’il existe un hématome liquidien interposé entre gastrocnémien et soléaire, peut mettre du temps à cicatriser parfois plus de six mois. Si vous continuez à avoir mal au bout d’un an, ça n’est pas habituel pour ce genre de lésion et dans ce cas il faudrait peut-être voir avec un médecin du sport par exemple pour refaire le point.
      Cordialement.

    2. Bonjour,
      Les symptômes que vous décrivez sont en tous points les mêmes que j’ai depuis bientôt 15 ans sachant que je viens d’avoir 35 ans.
      J’ai été consulté tous types de « spécialistes » (médecins du sport, kine /Osteo , posturologue, podologue,etc) et effectué plusieurs tests (effort mollet , syndrome des loges) mais personne n’a jamais mis trouver le mal n’y meme la manière de la guérir.
      Pratiquant le football à haut niveau étant jeune, ces contractures à répétition au mollet m’ont forcé à diminuer drastiquement ma pratique de ce sport mais désormais même jouant très peu, la douleur revient sans cesse.
      Je ne suis malheureusement pas d’une grande aide pour vous mais si jamais vous trouvez une solution un jour, n’hésitez pas à me contacter pour m’en parler car la frustration est plus qu’énorme … cordialement

  5. Bonjour, il y a 3 mois je me suis fait une déchirure du mollet gauche; Plus exactement le résultat après examen échographie était:
    Désinsertion musculo-aponévrotique entre le muscle gastrocnémien médial et le muscle soléaire avec une petite désinsertion également de la portion toute inférieure du muscle gastrocnémien médial sur 17mm de haut. Pas de collection de grande taille à ponctionner. Pas d’autres lésions évolutive. Je voulais déjà dans un premier temps savoir combien de temps faut-il pour guérir totalement de ça pour pouvoir recommencer à jouer au foot?

    J’ai fais du kiné pendant 2 mois (le premier mois juste repos et glace sur le mollet). On a fait des ondes de chocs dans un premier temps, puis des ultrasons et des exercices proprio, puis extension du mollet. Je viens de refaire une échographie de contrôle donc 3 mois après, et voici le résultat que je ne comprends pas trop, (ni mon kiné):
    « On retrouve des remaniements du mollet gauche sous la forme d’une plage discrètement échogène fusiforme de 6cm*1cm située à l’interface entre le gastrocnémien médial et le soléaire. Il ne s’agit pas d’une collection bien organisée mais plutôt soit d’un hématome mal collecté avec des phénomènes fibrineux soit des phénomènes fibreux cicatriciels. Il existe par ailleurs une hyperhémie périphérique qui témoigne du processus cicatriciel en cours. Difficile d’individualiser un éventuel plantaire grêle au sein de cette lésion. Conclusion: Persistance de remaniements cicatriciels entre gastrocmémien et soléaire gauche qui sont plus volumineux qu’ils n’étaient. » Du coup que dois je comprendre? Puis-je reprendre le sport?
    Bien cordialement

    1. Bonjour.
      Il s’agit encore une fois d’un tennis leg, c’est-à-dire d’un décollement de votre muscle jumeau du muscle sous-jacent le soléaire.
      Dans votre cas, la lésion apparaît bénigne.
      Il faut cependant s’armer de patience et attendre au minimum 6 à 8 semaines avant de reprendre une activité sportive.
      Cordialement.

  6. Bonjour,
    le 10 aout dernier, en descendant d’un trottoir, je me suis fait un tennis leg sur le mollet droit (j’ai 62 ans et je ne fais pas de sport mais je marche beaucoup et j’ai les pieds très creux).
    L’échographie du 12 aout a indiqué un hématome de 66mm en regard de l’aponévrose intermusculaire, contre le muscle GM.
    Je suis en arrêt de travail depuis le 10 aout, porte des bas de contention grade 2, surélève ma jambe régulièrement et j’ai commencé la kiné.
    20 jours plus tard, je peux me déplacer chez moi mais mes mollets (les 2 !) sont douloureux en fin de journée et marcher dans la rue, même avec ma canne, est pénible. L’hématome est bien visible et ne semble pas s’être résorbé (circonférence du mollet toujours au même niveau).
    Le kiné pense que j’en ai encore pour 5 semaines mais je crains que ça dure plus longtemps compte tenu de l’importance de l’hématome.
    A votre avis, faut il refaire une écho et si oui dans quel délai ?
    Puis je télétravailler en restant assise 9 heures/jour devant mon PC?
    Et enfin, compte tenu de la dimension de l’hématome, combien de temps avant de pouvoir reprendre la marche en ville, notamment pour me rendre à mon travail?
    En vous remerciant,
    Bien cordialement

    1. Bonjour.
      Le tennis leg est une lésion musculaire bénigne mais qui peut durer jusqu’à six mois, le temps que l’hématome interposé entre gastrocnémien médial et soléaire se durcisse. Votre prise en charge semble totalement satisfaisante.
      Le faît d’avoir des douleurs des deux mollets en fin de journée peut être en rapport avec une insuffisance veineuse. Il faut bien s’assurer qu’il n’y ait pas de phlébite.
      Cordialement.

  7. Bonjour,

    Je fais suite à mon commentaire du 17 février par rapport à ma blessure de type tennis leg au mollet gauche.

    J’ai entamé des séances de kiné depuis le mois de Mars dernier.

    Cependant, je ressens ponctuellement des sortes de tiraillement sur le mollet.

    J’ai décidé de refaire une échographie pour en savoir un peu plus :

    Muscles :
    Le muscle gastrocnémien médial est normal. Il persiste une très discrète désorganisation architecturale
    intéressant la face profonde au tiers inférieur.
    Le muscle gastrocnémien latéral est normal.
    Le muscle soléaire normal.
    Absence d’hyperhémie intra musculaire au doppler.
    Absence de soléaire accessoire.

    Cloisons :
    Absence de désinsertion musculo-aponévrotique périphérique.
    Absence de lésion des cloisons centrales.
    Absence de collection intra-aponévrotique.
    Absence d’hyperhémie intra-aponévrotique au doppler.
    Le tendon calcanéen est normal.
    Absence de thrombose veineuse.

    Conclusion :
    Absence de désinsertion musculo-aponévrotique. Il persiste une très discrète désorganisation architecturale intéressant la face profonde au tiers inférieur du muscle gastrocnémien médial.

    Concernant la reprise de la course à pied( pour information, je n’ai pas fait de vraies séances de running depuis janvier), est-ce que je peux envisager une reprise de manière progressive en faisant attention à cette désorganisation?

    Merci

    1. Bonjour.
      Effectivement, votre lésion semble quasi cicatrisée. Cette petite désorganisation musculaire distale du gastrocnémien médial pourrait être un minime décollement itératif.
      Je pense que depuis 3 mois une reprise progressive de l’activité sportive peut être envisagée en ‘écoutant’ bien vôtre lésion!
      Cordialement.

  8. Bonjour,
    Je suis assez sportif, 50 ans, multisports mais pas de compétition.
    Je n’ai jamais eu de blessure musculaire.
    Le 20 mars, lors d’une montée au filet (padel), j’ai ressenti comme une balle qui frappait violement mon mollet droit. L’écho 1 semaine après confirme l’aspect de désinsertion myoaponévrotique périphérique du gastrocnémien médial et du soléaire de grade III de Durey et Rodineau.
    J’ai appliqué à la lettre glace élévation repos relatif compression dès le jour de la blessure, et je continue. Kiné ultrason électro massage et légers assouplissements à partir du 10e jour 2 fois par semaine.
    Natation (bras seulement avec pull buy) au bout de 20 jours, aucune douleur ressentie, c’est même plutôt agréable.
    Mais voilà, au bout d’un mois, aucune amélioration !
    Impossible de dérouler un geste de marche normal, et l’échographie ne montre aucune amélioration :
    Persistance de la visualisation d’une désorganisation architecturale des fibres du gastrocnémien médial.
    Lame liquidienne hématique de 4 mm au sein de l’aponévrose entre le gastrocnémien médial et le soléaire.
    Désorganisation architecturale plus marquée avec des remaniements hypoéchogènes et quelques éléments liquidiens millimétriques des fibres médiales du soléaire le long de sa jonction myotendineuse étendue sur 55 mm de hauteur.
    L’aspect est plus prononcée, sans franche amélioration par rapport à la précédente échographie du 28 mars.
    Respect du tendon calcanéen.
    Conclusion :
    Persistance de l’aspect de désinsertion myoaponévrotique périphérique du gastrocnémien médial et principalement myotendineuse des fibres médiale du soléaire.
    En terme de ressenti et d’évolution par rapport au début, j’arrive tout de même à me déplacer sur quelques dizaines de mètres en boitant, sans béquilles, et surtout sans douleur. Globalement je n’ai pas de douleurs, sauf si je force sur le pied pour le ramener vers le tibia. Exception aujourdhui, suite aux manipulations des examens d’hier, j’ai une pointe de douleur si je prends appui trop fortement.
    Mon médecin m’a fait prendre rendez-vous pour une IRM la semaine prochaine car il ne comprend pas pourquoi après 1 mois il ne s’est rien passé.
    C’est pourquoi je me tourne vers vous :
    Est-ce normal que ça n’ai pas évolué en 1 mois ? Si oui, combien de temps selon vous pour, au moins, marcher normalement ?
    Dans le cas où cela semble anormal, que me conseillez-vous de faire ?
    Merci d’avance pour votre aimable retour.
    Sportivement
    Frédéric

  9. Bonjour,
    Le 20 mars, lors d’une montée au filet (padel), j’ai ressenti comme une balle qui frappait violement mon mollet droit. L’écho 1 semaine après confirme l’aspect de désinsertion myoaponévrotique périphérique du gastrocnémien médial et du soléaire de grade III de Durey et Rodineau.
    J’ai appliqué à la lettre glace élévation repos compression dès le jour de la blessure, et je continue. Kiné ultrason électro massage à partir du 10e jour 2 fois par semaine.
    Natation (bras seulement avec pull buy) au bout de 20 jours, aucune douleur ressentie, c’est même plutôt agréable.
    Mais voilà, au bout d’un mois, aucune amélioration !
    Impossible de dérouler un geste de marche normal, et l’échographie ne montre aucune amélioration :

  10. Bonjour,

    je me permets de vous écrire afin d’avoir un avis sur mon cas ( 41 ans ), lors d’un match de foot j’ai ressenti un vive douleur au mollet gauche. Sachant que cela faisait plusieurs mois que mon mollet se durcissait après une dizaine min de footing.
    Cela est arrivé fin septembre, je fais une écho qui révèle une déchirure Grade 3 avec désinsertion de l’aponévrose entre solaire et jumeau interne avec hématome ( 45mm*21mm*5mm)
    Après 2 séances de kiné par semaine pendant 2 mois et une écho de contrôle, je refait un footing et rechute. Je recommence kiné et repos.
    Après 6 mois et un programme de reprise de course très progressif, j’ai fais une écho de contrôle hier et il apparait une » persistance d’un fin liseré Hypo-échogéne non liquidien paraissant cicatriciel sous aponévrotique à la jonction du solaire et du muscle interne ». D’après l’écho la lésion est maintenant fibreuse.
    Cela veut dire que je peux reprendre le sport normalement ou dois je conserver mon appréhension et continuer à faire attention pour le moment ?

    En vous remerciant par avance pour votre retour et désolé pour se pavé 🙂

    1. Bonjour, dans le cadre d’un tennis leg, lorsque la cicatrice ne contient plus de contingent liquidien souvent à partir de six mois, il est possible de reprendre progressivement une activité plus soutenue tout en faisant attention à ne pas ressentir de douleur.
      Cordialement.

      1. Bonjour,
        Je suis assez sportif, 50 ans, multisports mais pas de compétition.
        Je n’ai jamais eu de blessure musculaire.
        Le 20 mars, lors d’une montée au filet (padel), j’ai ressenti comme une balle qui frappait violement mon mollet droit. L’écho 1 semaine après confirme l’aspect de désinsertion myoaponévrotique périphérique du gastrocnémien médial et du soléaire de grade III de Durey et Rodineau.
        J’ai appliqué à la lettre glace élévation repos relatif compression dès le jour de la blessure, et je continue. Kiné ultrason électro massage et légers assouplissements à partir du 10e jour 2 fois par semaine.
        Natation (bras seulement avec pull buy) au bout de 20 jours, aucune douleur ressentie, c’est même plutôt agréable.
        Mais voilà, au bout d’un mois, aucune amélioration !
        Impossible de dérouler un geste de marche normal, et l’échographie ne montre aucune amélioration :
        Persistance de la visualisation d’une désorganisation architecturale des fibres du gastrocnémien médial.
        Lame liquidienne hématique de 4 mm au sein de l’aponévrose entre le gastrocnémien médial et le soléaire.
        Désorganisation architecturale plus marquée avec des remaniements hypoéchogènes et quelques éléments liquidiens millimétriques des fibres médiales du soléaire le long de sa jonction myotendineuse étendue sur 55 mm de hauteur.
        L’aspect est plus prononcée, sans franche amélioration par rapport à la précédente échographie du 28 mars.
        Respect du tendon calcanéen.
        Conclusion :
        Persistance de l’aspect de désinsertion myoaponévrotique périphérique du gastrocnémien médial et principalement myotendineuse des fibres médiale du soléaire.
        En terme de ressenti et d’évolution par rapport au début, j’arrive tout de même à me déplacer sur quelques dizaines de mètres en boitant, sans béquilles, et surtout sans douleur. Globalement je n’ai pas de douleurs, sauf si je force sur le pied pour le ramener vers le tibia. Exception aujourdhui, suite aux manipulations des examens d’hier, j’ai une pointe de douleur si je prends appui trop fortement.
        Mon médecin m’a fait prendre rendez-vous pour une IRM la semaine prochaine car il ne comprend pas pourquoi après 1 mois il ne s’est rien passé.
        C’est pourquoi je me tourne vers vous :
        Est-ce normal que ça n’ai pas évolué en 1 mois ? Si oui, combien de temps selon vous pour, au moins, marcher normalement ?
        Dans le cas où cela semble anormal, que me conseillez-vous de faire ?
        Merci d’avance pour votre aimable retour.
        Sportivement
        Frédéric

        1. Bonjour Monsieur.
          Comme décrit à de nombreuses reprises, votre lésion correspond à un décollement périphérique du gastrocnémien médial encore appelé tennis leg.
          Bien que bénigne, cette lésion met plus longtemps que la moyenne a cicatriser en raison de l’interposition d’un hématome entre les 2 fascias aponévrotiques du gastrocnémien médial et du soléaire. La guérison s’effectue souvent entre 3 et 6 mois.
          Cordialement.

  11. Bonjour,
    Fin février/début mars j’ai ressenti une petite gêne au mollet droit, sur lequel j’ai malheureusement forcé. Jusqu’au 23 mars où, en séance de prépa physique chaque contact avec le sol me faisait mal à toute la jambe. Mon médecin généraliste me prescrit de l’ibuprofène en comprimés et m’arrête jusqu’au 10 avril.

    Bilan de l’échographie mardi dernier :
    Pas d’anomalie concernant l’architecture des différents muscles du mollet (jumeaux, soléaire).
    Pas d’hématome ou de collection liquidienne.
    Pas d’œdème.
    Mise en évidence d’une zone d’épaississement hyperéchogène légèrement hétérogène de
    l’espace interaponévrotique entre les muscles gastrocnémien médial et soléaire, mesuré à 64 mm
    de longueur dans un plan sagittal pour 26 mm de largeur et 4 mm d’épaisseur dans un plan axial.
    Pas de signe d’hyperhémie observé sur cette zone en mode doppler énergie.
    Aspect tout à fait fin et homogène au niveau du côté controlatéral.
    Le tendon calcanéen apparaît continu depuis sa constitution jusqu’à son insertion calcanéenne.
    Ses bords sont parallèles, son échostructure homogène.
    Pas d’épanchement liquidien péritendineux ou d’infiltration œdémateuse de l’espace graisseux
    antérieur.
    CONCLUSION :
    Signes échographiques de séquelle de décollement interaponévrotique entre les muscles
    gastrocnémien médial et le muscle soléaire.

    Ayant encore un peu mal aujourd’hui, à quand puis-je espérer une reprise du sport ?
    Merci beaucoup

    1. Bonjour. Vous présentez-vous aussi une cicatrice fibreuse d’un décollement de type tennis Nègue. Cette cicatrice fibreuse peut persister longtemps. Il n’existe pas de contingent liquidien apparemment. La conduite à tenir si vous êtes au-delà des trois à six mois après le dernier accident est une reprise progressive en écoutant vos douleurs.
      Cordialement.

  12. Bonjour
    Je viens de me blesser en faisant du sport. L échographie note une desinsertion basse du gastrocnémien associée à un hématome intra musculaire. Étendant sur environ 30 MM de hauteur. Épanchement aponevrotique mesurant 10 cm de hauteur, 3,7mm d épaisseur.
    J ai eu des consignes contradictoires du kiné et du généraliste :
    – béquilles, surélévation de la jambe, repos, froid et bas de contention pour l un, talonnette
    – béquilles, talonnette, paracetamol et on marche direct pour éviter une phlébite
    Durée de guérison ?
    J ai froid au pied, mais pas vraiment mal au mollet. Et je ne sais pas ce que je dois faire ni combien de temps pour remarcher, monter les escaliers, faire du sport…
    Mon kiné me dit 3 rdv par semaine, avec massage, ultrasons et cryotherapie
    Aucun traitement prescrit par le généraliste.
    Qu est ce que je dois faire ? Merci par avance pour vos conseils

    1. Bonjour. Effectivement, même si ces consignes ne me semblent pas contradictoires, il n’existe pas de traitement établi du tennis leg. La principale consigne est l’abstention de sport et d’activités contraignantes au mollet pendant au moins 4 à 6 semaines. Les chaussettes de contention sont conseillées. La talonnette ne semble pas une mauvaise chose. Il est bien sûr important d’essayer d’éviter la phlébite en ayant une activité modérée avec appui. Les béquilles ont uniquement le but de soulager vos douleurs.
      Cordialement.

  13. Bonjour
    Depuis plus d’un an j’ai des douleurs dans le mollet gauche : spontanées, trés bréves et trés violentes ou à l’étirement du mollet.
    IRM et échographie ne montrent rien;
    Un médecin a diagnostiqué une cicatrice de la jonction myoaponévrotique du gastrocnémien latéral;
    Qu’en pensez-vous ? quelles sont les solutions ? c’est trés handicapant car au delà de la douleur intense, cela me gêne dans la pratique de 2 activités que j’apprécie : yoga et natation;
    un grand merci de votre avis

    1. Bonjour.
      Si l’IRM est normale, il est tout de même improbable qu’il s’agisse d’une cicatrice musculaire.
      Les douleurs récidivantes des muscles peuvent avoir d’autres causes que des problèmes de déchirure ou de cicatrice : Anomalie de pression musculaire, vasculaire, voire même métabolique….
      Je vous propose de vous rapprocher d’un spécialiste de Médecine sportive.
      Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut